[LECTURE] Sortie de mon premier roman « Après la vie », présentation et chapitre 1

Bonjour à toutes et tous,

BONNE NOUVELLE : Mon premier roman « Après la vie » est enfin disponible !

Voilà plus d’un an que j’ai écrit ce roman. Je l’ai lu, relu et remanié jusqu’à aujourd’hui. C’est mon premier grand travail d’écriture. Un travail que j’ai longtemps muri et que j’ai produit avec mon coeur pour vous livrer une belle histoire sur la vie et l’après-vie.

Il n’est sûrement pas parfait. Je n’ai pas du tout la prétention d’écrire aussi bien que certains auteurs qui ont marqué et marquent encore la littérature. Mais, je vous assure qu’il est authentique et sincère dans ma volonté de vous présenter le récit d’un groupe de personnes en quête de réponses sur la vie et sur la mort à travers leurs propres expériences, leur vision personnelle du monde et sur leurs relations aussi. J’ai essayé d’être le plus juste possible dans l’expression des sentiments de mes personnages, ce qui n’est pas toujours aisé quand on a vécu le deuil d’un parent proche comme ça a été le cas pour moi. Il y a l’envie bien sûr, mais il y a aussi de la pudeur… Alors j’ai compensé parfois cette difficulté avec des touches d’humour qui n’ont pas vocation à blesser qui que ce soit qui traverse un deuil compliqué mais plutôt à prendre du recul pour se rendre compte que son chemin à lui n’est pas terminé.

C’est une histoire d’amour et d’espoir dont je souhaite vous partager quelques pages ici. J’espère qu’elle vous plaira. Pardon d’avance si vous y trouvez des fautes. Et puis zut, trêve de commentaires, je me lance. Voici le premier chapitre de mon premier roman « Après la vie ». ❤

Pour le commander dans sa version numérique (4,99 €) OU papier (16,90 €), c’est par ici :

>> https://www.librinova.com/librairie/ombelline-robin/apres-la-vie-1 <<

——————————————-

Après la vie

par Ombelline Robin

CHAPITRE 1 – AU COMMENCEMENT

Ce matin de mai, alors qu’il faisait froid malgré un beau ciel bleu, j’avais prévu de prendre le train pour aller voir un client à Nantes. Je me souviens qu’en arrivant à la gare Montparnasse, en remontant des sous-sols du métro pour atteindre les quais à la surface, j’étais tombé malencontreusement dans un escalier. J’avais trébuché et je crois bien que, dans ma chute, je m’étais cogné la tête sur quelque chose de dur car j’avais ressenti une violente douleur pendant à peine quelques secondes. Mais j’étais tellement pressé que je m’étais relevé un peu chancelant et j’avais foncé vers le quai pour attraper mon train. Je l’avais eu de justesse car les portes s’étaient vite refermées derrière moi. Et le train avait démarré.

Je souris car je me rappelle, qu’au bout de trente minutes de trajet, je m’étais rendu compte que j’avais oublié mon bagage en bas de l’escalier dans lequel j’étais tombé. J’avais l’air fin ou plutôt sonné. Moi le maniaque qui faisait toujours attention à tout, j’avais laissé mon bagage à la gare. Quel crétin je faisais ! Je décidai donc d’aller trouver le contrôleur pour qu’il envoie un message aux agents restés sur place. Avec le plan de lutte contre le terrorisme qui était toujours d’actualité, je savais que je risquais de retrouver mon bagage pulvérisé à moins que quelqu’un l’ait tout simplement subtilisé. Bref, je n’en menais pas large alors que je me dirigeai vers le contrôleur.

Il était en pleine discussion avec un groupe de jeunes gens qui s’étaient installés dans un espace de places à quatre. La discussion portait sur le bruit et l’interdiction de poser ses pieds sur les sièges quand je tentai d’attirer son attention.

— Excusez-moi, Monsieur !

Il ne me répondit pas et fit mine d’attendre des excuses de la part du groupe ainsi qu’une promesse de bonne tenue. Je l’interpellai, à nouveau, un peu plus fort. Mais il continua de m’ignorer de manière fort détestable et reprit sa ronde de contrôle des billets sans même me jeter un regard. Je songeai immédiatement à une espèce de pauvre type arrogant ou imbu de sa fonction. J’étais tellement agacé par ce comportement que j’étais décidé à ne pas le laisser s’en tirer à si bon compte. J’irai me plaindre à un agent de la gare dès que je serai arrivé à destination. De toute manière, à l’heure qu’il était mon bagage avait dû connaître un sort dramatique…

Aussi, il y avait eu ce moment vraiment bizarre tandis que je retournai à ma place. J’éprouvai, en effet, une sorte de malaise. Habituellement, les jeunes femmes que je croisais me lançaient toujours un regard aguicheur ou alors elles me souriaient. Mais là, rien. Rien depuis…. Depuis que j’étais monté dans le train je crois bien. Oui c’est ça ! Rien. Ça ne devait pas être un bon jour pour moi sans doute. Ou c’était encore un truc de pleine lune ou quelque chose dans le genre qui agissait sur l’humeur de ces demoiselles.

— Ah les filles ! Toujours compliquées…

Je retrouvai ma place et m’installai confortablement. Je souris à ce bébé qui me regardait dans les bras de sa mère de l’autre côté de l’allée. Il me sourit en retour et je pensai alors que moi aussi je voudrais devenir père un jour. Mais pas tout de suite. Je voulais d’abord faire avancer ma carrière, avoir une vraie promotion de poste et de salaire et peut-être, ensuite, envisager un pacs avec Fanny et mettre en route une famille.

Ah Fanny ! Je me demandai pourquoi je continuais de l’aimer si fort alors qu’elle m’en faisait voir de toutes les couleurs. Fanny est ma petite amie, ma chérie. Elle a vingt-cinq ans et vit avec sa grande sœur en colocation à Vincennes. Enfin, officiellement. Parce qu’officieusement, elle est tout le temps chez moi, dans mon appartement du quinzième arrondissement, avec sa manie de tout laisser traîner. Cette fille là je l’aime oui, même quand elle m’en fait baver.

Puis, perdu au milieu de mes pensées, alors que je regardai le paysage défiler par la fenêtre du train, je n’avais pas vu cette dame arriver. Elle s’était excusée auprès de mon voisin de siège, elle avait commencé à se faufiler entre lui et le siège opposé puis s’était assise sur moi comme si de rien n’était. Oui, sur moi. Ou plus exactement à travers moi. Et c’est à cet instant précis que je compris. J’étais là mais pas pour les autres. J’étais devenu autre chose.

Je m’appelle Leonardo, je suis né à Paris, dans le douzième arrondissement, d’un père franco-belge et d’une mère italienne. Et je suis donc mort à vingt-neuf ans, un matin du mois de mai 2017, après une vilaine chute dans un escalier. C’est bête ! Si j’avais su que je finirais mes jours comme ça, hein ! Si j’avais su, j’aurais… J’aurais… Bon d’accord, je ne sais pas ce que j’aurais fait. Et puis, de toute façon, je l’aurais su comment ? Bah oui tiens, à propos ! Comment ? Il y a quelqu’un qui commande tout ça ? Qu’est-ce que je fais encore là ?

— Allô, il y a quelqu’un ? Vous m’entendez ? Eh hooo ! ! Il n’y a personne, alors ? ! Pfff !

Pas de réponse. Tu parles d’un Dieu ! Et dire que je me suis farci la messe tous les dimanches pendant toute ma scolarité… Tout ça pour quoi ? Pour un Dieu qui n’est même pas là et qui n’existe sans doute pas.

Au moins, j’avais réussi à rentrer. J’étais chez moi, allongé dans mon canapé. Je ne savais pas du tout où ma dépouille avait été emmenée et j’attendais qu’un proche rentre chez moi pour avoir quelqu’un que je connaissais à qui me raccrocher. En attendant, il fallait que je trouve un moyen de communiquer.

— Voyons voir… Si je frappe un grand coup sûr la table basse. Ah, il n’y a pas de son. Et si j’essaie d’ouvrir une porte, ma main passe au travers de la poignée. Et tiens, est ce que je peux allumer la télé ? Non, ça ne veut pas non plus. Et les lumières, nada. Niet ! Ça ne marche pas.

J’étais déconcerté mais je réfléchis à d’autres solutions et me rappelai les films de fantômes que j’avais vus lorsque j’étais adolescent. Comment faisaient-ils pour bouger les choses ? Je me souvins alors d’un film dans lequel un spectre, qui était super énervé, puisait sa force dans la colère. Il fallait que j’essaie, que je me fâche. Il fallait que je pense à un truc que je détestais. Ou non, il fallait que ce soit quelqu’un que je n’aimais pas. Carl ! Cet enfoiré qui m’avait piqué un client l’an passé, je l’aurais bien collé au mur.

— Ouais, c’est ça Carl ! Je te déteste mon gars, t’es qu’un pauvre type complètement naze. Bien, bien naze ! Un gros naze à qui je vais coller mon poing dans la figure ou plutôt dans ce coussin ! TIENS ! ! PRENDS ÇA !

« Pof ! »

— Quoi, c’est tout ? Juste un petit « pof » de rien du tout ? Ah misère, va falloir que je m’entraîne. Quelle galère…

— Hihihi !

Un rire d’enfant venant de derrière moi me fit sursauter si fort que je me retournai pour voir de qui il s’agissait.

— Eh mais vous êtes qui vous ? Attendez ! Ne partez pas ! Vous m’avez vu ? vous m’avez entendu ? ATTENDEZ ! !

Ou bien je devenais fou ou je venais de voir une fillette blonde avec une robe blanche à fanfreluches traverser en courant le mur de mon salon ? Je lui emboitai le pas et passai, à mon tour, la tête à travers le mur et la vis qui montait l’escalier de mon immeuble à toute vitesse.

— EH PETITE, TU M’ENTENDS ?

— Je dois trouver ma maman !

— Ta maman ?

— Oui, elle va bientôt rentrer. Il faut que je sois à la maison sinon je vais la rater !

— Mais, de quoi… Mais attends !

Elle était montée pour de bon et je l’avais finalement laissée s’en aller. Je ne pouvais pas la suivre puisque moi aussi je devais retrouver mes proches. N’importe qui pourvu que quelqu’un se décide à venir à mon appartement. Car je sentais bien que ce n’était que le commencement.

Pour commander mon roman en version numérique OU papier, cliquez sur « Après la vie »

Merci à mon éditeur Librinova et toute son équipe, Mathieu, Madeline et Summer pour leur gentillesse, leur disponibilité, leur patience et leurs bons conseils. ❤

[PETIT BONHEUR] Les broches en papier « étoiles » ou « fleurs » pour réchauffer les coeurs

Hello la compagnie !

Voilà bien longtemps que je ne m’étais pas consacrée à une activité ré-créative « manuelle »… Eh bien, ce confinement m’en donne enfin l’opportunité ! Comme à chaque fois, quand une difficulté se présente, c’est en moi que je vais puiser les ressources pour m’apaiser, rester en confiance, en paix, explorer mon potentiel et continuer d’avancer. Et c’est aussi grâce aux enseignements que je prodigue en matière de développement personnel et que je m’applique à mettre en oeuvre pour moi-même régulièrement ! 🙂

Il y a quelques semaines, une après-midi, entre les devoirs du huitans, les tâches ménagères, mon activité d’entrepreneure et les repas pour mon mari, le fiston chéri and me, j’ai donc entrepris de laisser mon imagination vagabonder et de voir ce que mes doigts allaient pouvoir créer. C’est le monde végétal qui m’inspire avant tout. Cette nature qui me manque depuis mon appartement parisien et que j’essaie artisanalement de reproduire de mes mains.

J’ai donc observé, découpé, assemblé, collé des petits bouts de papiers colorés et recyclés. J’ai utilisé des paillettes étoilées et des petits pompons mignons. Et c’est tout un jardin d’étoiles et de fleurs délicates qui a émergé. Des créations auxquelles j’ai scotché, en toute simplicité, une petite épingle à nourrice sur le support cartonné qui leur sert de dossier afin que je puisse les porter en broches par dessus un chemisier, un t-shirt, un gilet, une veste ou même un manteau quand il fait plus frais.

Wooooo !

Et puis, je me suis dit que ce serait dommage de ne pas partager ce petit bonheur avec vous. Que ce serait triste de ne pas vous en faire bénéficier. Alors je vous ai montré mes broches sur les réseaux sociaux. Vous avez aimé. Vous avez flashé. Et vous m’en avez demandées. Alors, j’ai accepté, bien sûr, très flattée que vous les trouviez à ce point jolies que vous souhaitiez les porter vous aussi. Je vous les montre ici. Vous pouvez m’écrire sur bonjour.hdm@gmail.com si un modèle vous plaît. Sachez simplement, que je demande 5 euros pour compenser le matériel utilisé pour les créer (papiers, colle, épingle à nourrice, scotch, feutres or et argent, paillettes, stickers et pompons) et que je prends 2 euros pour l’envoi d’une broche (timbre, enveloppe, emballage, carte, stylo et feutres).

Voici donc les modèles uniques de broches « étoiles » et « fleurs » que j’ai créées :

J’en ai photographiées quelques unes portées afin que vous puissiez vous rendre compte de la taille de la broche. J’actualiserai les photos en fonction de la disponibilité des modèles.

Et voici une photo de l’attache au dos de la broche :

Une petite épingle à nourrice scotchée sur le dossier de la broche.

J’espère que ce feu d’artifice de couleurs vous apportera autant de joie que j’ai eu de plaisir à les imaginer et les fabriquer. 😉

Je vous embrasse virtuellement depuis mon lieu de confinement,

Et je vous souhaite de trouver, d’explorer et de déployer vos ressources « cachées » pendant ce temps particulier… le temps du recentrage, de la confiance en la vie, en vous, en vos extraordinaires capacités de rebond, d’action et de re-création… pour attirer l’abondance dans vos vies.

Ombelline

[ÉDUCATION] Découvrez mon ebook « Mini-guide de la parentalité soutenante »

Bonjour tout le monde !

Le voici, le voilà, mon 4e ebook intitulé « Mini-guide de la parentalité soutenante », TADAM ! Vous pouvez l’acquérir au tarif exceptionnel de 14,75 euros (au lieu de 19,75 euros) en m’écrivant sur ma messagerie privée : bonjourhdm@gmail.com.

Oooh, que c’est bôôôô !

Alors, pourquoi ce mini-guide de 8 pages et quel apport spécifique par rapport à tout ce qui a déjà pu être publié en matière d’éducation bienveillante ? J’ai voulu rédiger un support à destination des parents ou référents adultes qui encadrent des enfants qui soit « digeste », qui soit « court », et qui soit aussi bien « soutenant » pour L’ENFANT et l’éducation qu’il est possible de lui apporter que pour LES PARENTS ! Hé oui. Parce qu’il est toujours et essentiellement question des croyances et pensées qui sont à la base de notre mental ! Ce mental dans lequel sont gravés tout un tas de repères, eux-mêmes créés dans notre enfance… Le référent est, en effet, conditionné par son propre schéma éducatif et toutes les expériences et relations qu’il a vécues depuis tout petit. Ce mini-guide est donc un outil intéressant pour comprendre le développement de l’enfant ainsi que notre propre développement émotionnel et cognitif en tant qu’adulte. C’est un ouvrage qui mêle d’une part les dernières découvertes réalisées en matière de neuro-sciences, les travaux de grands pédagogues mis en lumière au siècle dernier et des notions de développement personnel. C’est aussi le concentré de 8 ans de recherches, de lectures et d’enseignements récoltés soigneusement pour m’aider à me positionner dans mon rôle de maman. Et c’est, enfin, le fruit de mes longues années d’expériences professionnelles dans la communication (plus de 20 ans), des leviers acquis grâce à mon métier de « communicante » et de mes bons résultats.

Bien évidemment, une fois encore, il n’est pas question de donner des leçons ou de culpabiliser qui que ce soit. Et puis chacun est LIBRE de ses choix. Il est plutôt question d’apporter une nouvelle approche de la parentalité dite « bienveillante » … À ce propos, je n’aime pas beaucoup ce terme de « bienveillance » que l’on distribue comme des bons points aux « meilleur.e.s élèves » … Et je reconnais parfois le ras-le-bol de certains parents qui ont l’impression d’être accusés de malveillance dès lors qu’ils n’appliquent pas ou échouent à appliquer les méthodes dites « bienveillantes »… Je préfère employer un terme différent et qui porte, sans connotation de jugement. J’aime parler de parentalité « soutenante » au même titre que les croyances soutenantes (ego soutenant) que nous avons TOUS et TOUTES la possibilité de créer. Voilà donc ma nouvelle proposition de e-publication qui associe éducation et développement personnel. 

Je peux tout !

J’espère que ce mini-guide vous plaira au même titre qu’il a déjà plu à certaines d’entre vous qui ont souhaité le lire en avant-première. Je vous propose de lire, ici, quelques-uns de leurs témoignages :

  • Clotilde, maman de 3 grands enfants, auxiliaire de puériculture en crèche : « Je suis maman de trois enfants, Auxiliaire de puériculture en crèche depuis 1998, donc professionnelle dans la petite enfance depuis 21 ans. Et je trouve que cet ebook est hyper enrichissant et intéressant. Il donne des indications, des clefs et outils importants sur le bien-être et l’évolution de chaque enfant et individu dans notre monde actuel. Je le recommande vivement aux parents ou futurs parents ainsi qu’aux professionnels de l’enfance. »

  • Anne, sans enfant, assistante maternelle agréée : « Ton e-book m’a beaucoup inspirée et j’aime beaucoup. Il sera un très bon support. Je ne manquerai pas d’en faire la publicité auprès des parents/professionnels autour de moi pour éveiller les consciences. »

  • Mélanie, maman d’1 très jeune enfant, Responsable E-commerce : « Merci pour ton doc, hyper intéressant ! Très didactique, c’est super à lire. A moi d’appliquer maintenant. »

Vous savez, le développement et le fonctionnement du cerveau est vraiment quelque chose d’extraordinaire et il reste encore tellement de choses à découvrir dans le domaine des neuro-sciences. Autrefois, c’était le Q.I (quotien intellectuel) qui déterminait la capacité d’apprentissage et donc le potentiel de réussite d’un individu. Et puis, on s’est rendu compte que le Q.E (quotien émotionnel) était encore plus important dans la construction affective et mentale (dite aussi cognitive) d’une personne et donc dans sa capacité à déployer son plein potentiel. Vous êtes septique ou vous avez des doutes ? Demandez-moi en privé « le mini-guide de la parentalité soutenante »… Car, il y a déjà une part de vous, même infime, qui est sensible à cette approche. Mais si vous êtes du genre cynique ou que vous vous savez complètement réfractaire, c’est OK ! Ce mini-guide n’est juste clairement pas fait pour vous. Il ne vous apportera rien du tout. 😉

Il est donc officiellement là et il est disponible quand vous souhaiterez l’acquérir. Je vous souhaite une très jolie parentalité, épanouissante, enrichissante, vivante… et donc SOUTENANTE !

Prenez soin de vous.

Je vous embrasse,

Ombelline.

[DÉVELOPPEMENT PERSONNEL] Soyez bon ! … Comment ça « bon » ?

Bonjour à toutes et tous !

Comment allez-vous depuis ma dernière publication ? Bien j’espère… 🙂

Aujourd’hui, je voudrais aborder, avec vous, un thème très particulier. Ce thème fait référence au jugement, à la critique, à nos perceptions, à ce que nous rayonnons. C’est un thème qui n’est pas simple car je sais d’avance que certain.e.s d’entre vous ne seront pas d’accord avec ce que je vais écrire et s’opposeront probablement à cette explication avec mépris, colère ou aigreur. Mais, c’est OK. Chacun est libre de ses pensées et croyances. Chacun voit la vie et choisit, consciemment ou inconsciemment, d’expérimenter des relations ou des situations en fonction de ses propres perceptions et de ses propres repères. J’en profite pour faire une accolade un peu taquine à toutes ces croyances et pensées qui se sont forgées depuis notre enfance et qui s’emploient trop souvent à nous commander et nous diriger ! #HelloEgo !

– Le choc des Titans –

Alors pour commencer, vous allez sûrement me dire « mais quel rapport avec ton titre » ? Eh bien, lorsque nous commandons, conseillons ou encourageons une tierce personne à être « bonne » cela sous-entend que nous la jugeons et considérons qu’elle ne l’est pas assez, voire pas du tout… vis-à-vis de NOUS. Pourquoi ? Parce que nous avons tous en tête une idée, une croyance, une définition de ce que doit être « la bonté ». Nous traçons une ligne imaginaire dans notre tête avec, à ses deux extrémités, la notion de « bon » et de « mauvais ». Ou encore la notion de « bien » ou de « mal ». Ou encore la notion de « positif » ou de « négatif ». Ou encore la notion de « juste » ou d’ « injuste »… Bref, vous avez compris. Et derrière chacune de ces notions, nous y mettons nos propres valeurs, nos propres définitions, nos propres croyances. He oui ! Et que faisons-nous, ensuite, avec cette ligne ? Nous y ajoutons un curseur que nous déplaçons et figeons à une extrémité ou l’autre de cette ligne en fonction de nos perceptions, nos jugements, nos croyances sur chacune des relations que nous vivons, des situations que nous expérimentons ou des événements que nous traversons. Vous me suivez ? Nous commandons ou conseillons donc, à l’autre, de correspondre à « NOTRE idée » de ce que doit être « la bonté ». Nous demandons à ce qui est à « l’extérieur de soi » de se caler sur ce qui est « à l’intérieur de soi ».

Or, que se passe-t-il quand une tierce personne entre en résistance par rapport à notre croyance ou pensée, quand elle s’oppose à nous, quand elle se moque ou quand elle n’accorde pas l’importance souhaitée à notre vision des choses (la position de notre curseur) ? Eh bien PATATRAS ! C’est la CATA ! Vous la sentez cette émotion désagréable qui monte au fond de vous ? Cette colère, cette peine, cette frustration, cette peur… Ce n’est pas grave, et surtout c’est OK. C’est comme une vague qui monte et qui va s’en aller ! Alors, on respire, on prend du recul et on analyse ce qui est en train de se passer. L’émotion désagréable que vous ressentez est un INDICATEUR ! C’est juste un clignotant sur votre tableau de bord… Ce n’est rien d’autre que cela. Donc, soufflez ! Tout va bien. 🙂

Zen !

Et maintenant, laissez-moi vous faire la visite guidée sur ce qui se passe en VOUS et AUTOUR DE VOUS. Vous devez d’abord comprendre et accepter l’idée fondamentale que vous ne pouvez pas changer ce qui est à l’extérieur de VOUS. Comme je l’ai expliqué dans mon précédent billet, c’est une croyance limitante, et donc génératrice de « souffrances », que de vouloir à tout prix que les autres avec lesquels vous entretenez des relations ou les expériences que vous vivez « s’adaptent » à vos raisonnements, vos attentes, vos exigences. Vous pouvez impulser, vous-même, un nouveau modèle de croyances par VOTRE exemple. Les conseils, VOS conseils, ne sont que des avis. Pourquoi, une tierce personne devrait suivre VOS conseils ? Parce que vous pensez être une « bonne personne » et qu’une « bonne personne » sait nécessairement ce qui est mieux pour les autres ? Mais quel est le rapport ? Avez-vous le même vécu ? Avez-vous traversé les mêmes épreuves ? Avez-vous reçu les mêmes enseignements ou la même éducation ? Avez-vous la même sensibilité ou les mêmes possibilités ? Avez-vous les mêmes croyances… ? 😉 Bien sûr que non. Nous sommes différent.e.s et cette différence est aussi ce qui fait notre richesse. Parce que c’est en allant justement confronter notre individualité aux autres que nous allons pouvoir NOUS tester dans notre propre capacité à AIMER.

Chabadabada…

Laissez-moi vous expliquer plus clairement les choses parce que je sais que pour certain.e.s d’entre vous ce n’est pas facile à comprendre. Les attentes que vous posez sur les autres ou les expériences désagréables que vous vivez ne reflètent que vos propres limites, vos propres manques ou votre propre insécurité intérieure. Et pour cause, cela vient de votre enfance ! C’est le résultat de vos repères cognitifs, de ceux que vous avez forgés depuis l’émotion très forte et très désagréable qui vous a saisi.e quand vous étiez petit.e alors que vous étiez confronté.e à une situation très difficile. Vous comprenez ? Alors quand une émotion désagréable vous étreint, prenez du recul et posez-vous simplement ces deux questions :

  1. Mon émotion soulève-t-elle une menace réelle (danger de mort) ou subjective (croyance limitante) ?
  2. Et derrière cette tension, quel est finalement mon besoin profond ?

Et là, permettez-moi de vous faire une révélation, un PRÉCIEUX cadeau. Parce que je sais que la réponse que vous allez trouver à la question n°2 n’a pas forcément de solution. Parce que vous dirigez, malgré vous, votre besoin à l’extérieur de vous : tels que le besoin de recevoir de l’amour, le besoin d’avoir l’admiration ou la considération des autres, le besoin d’avoir de l’argent, le besoin d’avoir des compliments, le besoin d’avoir tout un tas de choses… ! Voici donc mon cadeau : vous recherchez à combler un vide qui n’existe pas. Ce vide est subjectif ! Votre espace intérieur est déjà comblé. VOUS ÊTES DÉJÀ COMBLÉ. Vous avez une énergie qui vous est propre, vous avez de l’enthousiasme pour faire certaines choses qui vous attirent, vous avez un potentiel de compétences à découvrir et mettre en oeuvre… VOUS ÊTES ! Vous vous rendez compte, c’est incroyable, tout est déjà là en VOUS. Tout a toujours été là en vous à votre disposition ou tout juste prêt à éclore.

Enfin là, enfin LIBRE !

Alors peu importe ce que les autres pensent de vous, peu importe qu’ils ne soient pas d’accord avec vous, peu importe qu’ils vous critiquent ou vous jugent… parce qu’en réalité ils ne font que souligner les menaces qui les habitent EUX. Ils révèlent ainsi leurs propres attentes et leurs propres limites. Si vous ressentez une émotion désagréable lorsque l’on vous juge ou lorsque l’on vous critique… rendez-vous compte que vous laissez la croyance de l’autre déterminer qui vous êtes, vous lui remettez votre pouvoir « créateur » entre les mains et lui donnez une certaine forme d’ « autorité » sur vous. Pourquoi faire ça ? Vous n’êtes pas l’avis de cette personne. Vous n’êtes pas non plus ce qu’elle perçoit de vous… Vous êtes VOUS ! 😉

Quelle est donc la meilleure « conduite » à tenir face à de telles relations ? Et bien vous avez différents choix. Vous pouvez choisir de lutter « contre » tout en gardant à l’esprit que vos tentatives pour modifier la croyance de l’autre ne seront pas forcément fructueuses et ferez parfois le constat amer que vous avez renforcé sa croyance… Ou alors, vous pouvez choisir de LÂCHER-PRISE ! Tant pis… et même, TANT MIEUX ! Chacun expérimente des relations ou des expériences en fonction de ses propres perceptions et croyances… Alors, à quoi bon ! Lâcher-prise c’est aussi faire la paix avec son passé. C’est accepter que ce qui est fait ne peut pas forcément être défait, modifié ou réparé mais peut être dépassé voire transcendé… Et enfin c’est pardonner. C’est-à-dire « desserrer les dents » (merci au film « La Cabane » tiré du roman « The Shack » de William Paul Young pour sa fameuse illustration du pardon) et cesser de donner une emprise douloureuse sur soi à une épreuve passée.

On rayonne autour de soi ce que l’on est en soi. Si on est insécurisé, on percevra des menaces partout. Si on se mésestime, on cherchera l’amour ou l’affection des autres en se soumettant, malgré soi, aux exigences ou aux croyances de l’autre, ou bien, on rejettera carrément les autres.

Alors « soyez bon »…. selon qui, selon quoi… ? #MystèreEtBouledeGomme

Soyez surtout vous-mêmes et faîtes-vous confiance. Suivez votre chemin car je peux vous garantir que la vie vous apportera toutes les opportunités (succès ou épreuves) nécessaires pour vous aider à vous élever. Peut-être aurez-vous un jour le déclic, qui sait… Peut-être accepterez-vous l’idée que vous avez votre part de responsabilité sur le regard et la croyance que vous entretenez suite à une épreuve passée. Peut-être pourrez-vous alors avancer, enfin allégé.e, et mettre votre expérience au service des autres, de la collectivité. Une expérience qui au lieu de vous limiter fera à l’inverse LEVIER pour vous permettre de VOUS réaliser.

Vous êtes votre propre soleil…

Et au besoin, faîtes-vous aider soit par un coach soit par un thérapeute de votre choix qui saura vous guider avec bienveillance et respect. Un accompagnement personnalisé que je me propose de vous apporter en privé. Si tel est votre souhait, contactez-moi, dès aujourd’hui, sur ma messagerie privée bonjourhdm@gmail.com ! ❤

Je vous souhaite une belle soirée, confiante dans la vie et dans notre capacité à TOUTES et TOUS à pouvoir AIMER.

Des baisers.

Ombelline