Cultiver l’amour.

Étiquettes

, , , , , , ,

Depuis quelques temps déjà, j’ai décidé de prendre un peu de distance avec les journaux télévisés, les pages d’infos des réseaux sociaux et tous ces véhicules d’atrocité. Non pas que je sois indifférente, loin de là. Mais justement parce que je suis du genre empathique et que la souffrance des autres, leur peine, leur détresse me pèsent énormément, trop. Et puis, il y a eu ce 14 juillet à Nice. Encore…

Encore des morts.

PFN

Encore des gens qui pleurent accablés de douleur, des personnes sidérées tellement elles sont choquées, d’autres qui n’arrivent pas encore à réaliser, quelques uns, très peu, qui arrivent à faire preuve d’une incroyable résilience et puis tous ceux qui sont submergés de colère et de peur. LA PEUR, celle qui n’a de conséquence que la méfiance et puis au bout de tout… la haine.

LA HAINE. Celle qui engendre la violence à laquelle répondront d’autres violences. Une boucle sans fin. Et sans nul doute le plus court chemin vers notre perte… à se battre les uns contre les autres.

Je sais que certains sont convaincus du contraire, mais pour ma part, je ne crois pas que la violence soit une solution. En fait, je crois que l’Histoire nous l’a plusieurs fois démontrée. Et que dans ses heures les plus sombres, quand des êtres ont brandi les armes pour lutter contre l’oppression ou la barbarie, ce sont les actes de personnes désarmées, pour sauver ou cacher des vies humaines, parfois au péril de leur propre existence, qui ont eu le plus d’influence. Ce sont ces actes d’amour qui nous ont fait grandir et qui nous ont réconcilié avec l’Humanité.

Alors, oui j’en ai assez d’écouter ces magazines d’information pointer du doigt tout ce qu’il y a de plus sombre et de plus mauvais dans l’Homme. J’en ai assez de voir, de lire, d’entendre toute cette propagande sombre, négative et désespérante de peurs. J’en ai marre de voir mes concitoyens et ceux d’autres nations se replier sur eux-mêmes, plein de doutes et de peine, répandre à leur tour leurs craintes, leurs colères et LA HAINE.

J’ai craqué et puis j’ai décidé de réagir. A mon échelle, toute petite, presque invisible, j’ai commencé à CONTREBALANCER. A distiller une énergie positive. Grâce à l’humour et grâce à l’amour.

Alors bien sûr je gronde parfois. Mais je gronde dans un soucis de bienveillance et sans violence. Car je ne crois pas que l’on puisse exercer une quelconque influence positive en accablant, en agressant, en violentant. A court terme peut-être… Mais sur le long terme, les mots et les actes blessants ne font qu’attiser la rancœur, favoriser le repli sur soi et renforcer les convictions… aussi malheureuses soient-elles.

Suis-je naïve de croire encore en l’Humanité ? Peut-être, en effet. Après tout, c’est facile pour moi d’écrire cela. Moi qui suis née en occident, dans le pays des « Droits de l’Homme » où j’ai eu la chance de recevoir une éducation, où je peux encore m’exprimer et vivre librement sans trop craindre pour ma sécurité. Cela dit, je veux croire que c’est le choix que j’ai fait et cela en dépit de toutes les souffrances qui s’abattent dans le monde. Et depuis plus d’un an, dans mon pays maintenant.

Car du plus loin que je me souvienne, j’ai toujours aimé les gens. Je me suis intéressée à eux, à leurs forces et leurs faiblesses, aussi bien aux BONS comme aux MAUVAIS côtés. Je me suis souciée de cet équilibre précaire, entre le bien et le mal qui les animent au fond d’eux. Je me suis inquiétée de cette fragilité de l’être qui peut basculer des plus nobles aspirations aux plus atroces en une fraction de seconde. L’homme, l’humanité n’est ni stable, ni parfaite. Il y a des êtres perdus, abîmés, déchirés, tordus, insensés, désespérés… Toutefois, il y a aussi de belles volontés, de grandes générosités désintéressées, des coeurs remplis d’espoir et d’amour qui ne demandent qu’à aider les autres et partager leurs bontés. Et c’est de cet amour universel que je veux parler. Celui qui n’a pas de frontière, pas d’origine sociale, pas de race, pas de religion, pas d’éducation. Cet amour qui nous rassemble, nous élève et nous permet de continuer la vie.

HDM3

Une minute de silence.

Pourrons-nous un jour éradiquer toute cette peur, cette peine, cette violence… cette haine ? En toute honnêteté, et pour vous prouver que je suis quand même assez lucide, je ne crois pas, non. Car elle fait partie de nous, de nos imperfections. Cependant, je suis sûre que nous valons MIEUX que ça. Que nous sommes plus FORTS. Que nous pouvons lui RÉSISTER. Et que nous avons cette capacité de pouvoir évoluer vers quelque chose de plus POSITIF. Alors, je me cramponne à cette certitude et j’essaie de tracer ma route dans ce sens.

Je contrebalance avec bonne humeur et bienveillance.

< « …Et face à tous ceux qui te dévorent, aimer est plus fort que d’être aimé. » Daniel Balavoine. >

Toutes mes pensées les plus sincères à mes compatriotes niçois et toutes les victimes de la barbarie dans ce monde.

HDM4

#PrayForHumanity 

[PARENTALITÉ] Gérer une crise de son enfant liée à la frustration

Étiquettes

, , , , ,

Je vous explique le propos. Un matin, votre mini de 4 ans et demi vous réclame de mettre son t-shirt préféré « Minnie et Mickey ». Sauf que, pas de bol, il est en train de tourner dans le lave-linge… Vous ne pouvez évidemment pas interrompre votre cycle de lavage pour récupérer le précieux vêtement et l’enfiler à votre enfant. Vous essayer de lui expliquer qu’il vous est impossible de le sortir de la machine pour le moment en lui promettant de lui faire porter d’ici un jour ou deux, dès que ce dernier sera propre et sec. Le petit ne l’entend pas de cette façon. Il est frustré. Il laisse donc sa colère et sa tristesse éclater. ET tout ce que vous lui dites pour le rassurer et/ou le consoler ne semble pas l’apaiser.

MALAISE.

Alors, impuissant(e) devant la crise de votre enfant, vous perdez patience et donc :
– vous le sermonnez,
– vous le mettez au coin,
– vous laissez tomber la discussion et vous choisissez de l’ignorer…

Bref, vous tentez désespérément de mettre fin à cette crise en minimisant la cause et les effets du manque de votre petit. Le hic, c’est que cela ne marche pas et ne fait qu’augmenter la détresse du mini.

Pourquoi ?

Parce que vous répondez de manière « rationnelle » à un enfant qui vous parle de manière « émotionnelle ». Vous expliquez la situation avec tout le recul d’un cerveau adulte (avec des fonctions cognitives développées, capable de raisonner, de prendre du recul) à un cerveau immature (le cerveau limbique) dont les émotions sont prédominantes à ce stade. En bref, vous ne parlez pas le même langage et l’enfant ne peut donc pas vous comprendre. En plus, vous augmentez son niveau de stress en le grondant, en le mettant à l’écart ou en l’ignorant ce qui a pour effet non seulement d’inhiber la maturation de son cerveau supérieur (siège de la raison) mais de mobiliser aussi majoritairement les circuits inférieurs du cerveau (siège de l’instinct de conservation).

cerveau

Pour mémoire : le cerveau limbique prédomine entre l’âge de 2 et 7 ans.

Alors tout ça est très joli quand on l’a compris. Mais comment fait-on pour apaiser un enfant en crise sachant qu’on ne pourra pas satisfaire sa demande et que toute tentative d’explication rationnelle restera infructueuse ?

Mon conjoint et moi avons testé une méthode efficace, à plusieurs reprises, que je souhaite aujourd’hui partager avec vous. Evidemment nous n’avons rien inventé. Nous avons juste appliqué une technique parmi d’autres proposées dans le cadre de l’éducation bienveillante. Et cette méthode « magique » consiste donc à projeter la demande de votre enfant dans un imaginaire plus attractif ou plus séduisant.

Késako ? LOL ! Je vais vous raconter une anecdote dans laquelle nous avons mis en application cette fameuse technique. Cela vous permettra de mieux comprendre le principe.

Après une soirée de fête organisée à l’appartement, nous avions rangé quelques restes au frigo pour les terminer plus tard. Nous voilà donc, le lendemain, en train de préparer un apéritif-dînatoire pour nous trois (le père, le fils et moi) avec un peu de tzatziki, de tapenade et des petits blinis. Notre titi raffole de ces dînettes improvisées et tout particulièrement des « petits ronds » (les blinis) qu’il dévore avec délectation. Mais voilà qu’il décide de faire une pause en plein milieu de notre apéro pour aller jouer dans sa chambre. Et quand il revient enfin réclamer un dernier petit blini, il n’en reste plus, son père et moi avons tout fini. DRAME.

=> 1er réflexe : l’explication rationnelle

Le père tente d’expliquer à notre fils que lorsque l’on quitte « la table » cela laisse supposer que l’on a terminé de manger et que nous laissons ce qui reste aux autres attablés. Il essaie de rassurer notre titi en lui promettant d’en racheter plus tard (ah non pas ce soir !). Il ajoute également que pour éviter tout malentendu, à l’avenir, notre fils devra nous dire quand il a terminé ou s’il souhaite qu’on lui garde des blinis de côté.

Résultat : Pleurs incessants et désespérés. L’enfant est inconsolable. Il est impossible de le raisonner…et pour cause, un cerveau rationnel parle un cerveau émotionnel ! Coucou l’incohérence !

=> 2nd réflexe : la projection du désir dans un imaginaire plus séduisant

Je rebondis sur l’idée d’en racheter plus tard en proposant au fiston chéri de trouver des blinis plus grands ! Mais des ronds vraiment plus grands !! Du genre grands comme notre table basse… Des blinis qu’on serait obligé de porter à deux pour les manger (et je fais mine de porter notre table basse avec effort pour la croquer). J’explique au petit qu’on devra peut-être même plier en deux l’immense blini pour mieux le manger. Je mime également un immense couteau en train de tartiner le rond géant de tzatziki. Je feins également l’inquiétude de ne pas pouvoir le faire tenir dans notre caddie au supermarché et le doute qu’il rentre dans notre ascenseur…

Résultat : Le quatrans et demi a cessé de pleurer. Il rigole un peu, propose des solutions pour rapporter ce blini à la maison, il s’inquiète aussi et sautille de joie à l’idée de trouver un blini aussi grand.

L’imaginaire a pris le pas. La demande initiale est devenue beaucoup moins intéressante que l’idée de trouver cet immense blini. La crise est finie.

HDM2

Alors je vous vois venir avec une réaction tout à fait rationnelle, digne d’un cerveau cognitif d’adulte. Vous allez me dire que c’est « mentir » à l’enfant que de lui proposer une alternative impossible à concrétiser. Et bien non ce n’est pas mentir. C’est proposer à l’enfant une solution qui va d’une part l’apaiser et d’autre part l’aider à développer ses fonctions cognitives (rationnelles) en allant par lui même découvrir les différentes sortes de ronds proposés dans le commerce. Nous avons en effet regardé et trouvé dans le rayon concerné du supermarché des blinis plus grands et tout aussi appétissants ! C’était marrant et très intéressant pour mon enfant de constater qu’il en existe bien des plus grands même s’ils ne sont pas immenses comme on avait imaginé en trouver.

Vous avez pigé ?

Voilà comment nous avons appris à apaiser une crise liée à une demande que nous ne pouvions pas satisfaire. Voilà comment mon titi a trouvé une réponse qui parle à son cerveau émotionnel et qui l’aide à se calmer.

Si vous avez des méthodes toutes aussi bienveillantes et efficaces, n’hésitez pas à les partager. Si vous souhaitez commenter, allez-y c’est permis !

Et je vous rassure, encore une fois le but ne consiste pas à culpabiliser qui que ce soit (je râle bien des fois sur mon titi, ne vous en faîtes pas !). Il s’agit plutôt de partager un bon tuyau et d’essayer d’avancer le plus sereinement possible dans l’éducation de nos enfants.😉

Je vous embrasse,

A bientôt.

HDM

[SORTIE] Pierre et le Loup, un joli spectacle « musical » qui favorise l’imagination

Étiquettes

, , , , , , , ,

Mercredi dernier, mon quatrans et demi et moi avons été invités au Théâtre de la Clarté pour assister au spectacle « Pierre et le Loup. A chacun son loup. » mis en scène par Matthieu Quéré et joué par David Brunet qui tient le rôle de Pierre. Cette proposition m’a tout de suite enchantée car la description du conte m’a semblé alors très proche de la version originale de Sergueï Prokofiev écrite et composée en 1936 ; un conte musical destiné aux jeunes pour les familiariser avec les principaux instruments de l’orchestre symphonique. Et c’est donc avec un objectif à la fois culturel et de divertissement que nous sommes allés découvrir ce spectacle pour enfants.

PL9

1- Un conte où l’imagination est l’honneur

D’abord voici un spectacle fort bien joué. La performance du comédien David Brunet est à saluer, je vous le promets. Tantôt Grand-Père, tantôt Enfant, ce « Pierre » est à la fois touchant, effervescent, attachant… il nous embarque dans son aventure de jeunesse et nous fait revivre ses souvenirs d’enfant avec une très belle énergie presque contagieuse. Ajoutez à cela, les effets sonores, les instruments de musique, les chants, les masques, les déguisements puis les marionnettes, et vous aurez un joli conte animé, bien rythmé, captivant. Un spectacle bien ficelé pour les enfants et tout aussi plaisant pour les plus grands avec ce fond de nostalgie qui ne laisse pas indifférent.

2- Du point de vue de mon quatrans et demi

« C’était très bien, maman ! » – Et comme je le comprends ! J’ai vu mon petit suivre l’intrigue avec beaucoup d’intérêt et les sens en éveil. Il a ri, il a participé au même titre que les autres enfants à quelques échanges avec le comédien, il a éprouvé quelques inquiétudes aussi mais jamais de frayeur – car dans le spectacle, le propos n’est pas de faire peur. On reste dans la suggestion, on se focalise sur ses sensations, on fait travailler son imagination. Et Petit Pierre est si malin, si déterminé et si fort qu’on a confiance en lui et dans le sort qu’il réservera à son ennemi juré, le loup.

PL7

3- De mon point de vue de maman

C’était très bien. J’ai constaté que mon fils était très concentré et avait bien accroché à la pièce ainsi que les autres petits présents. C’est un spectacle de qualité que je recommande forcément. Un conte musical divertissant, joli, emprunt de nostalgie et d’un brin de poésie qui m’a enchantée et bien amusée ainsi que mon quatrans.

4- Les infos pratiques

« Pierre et le Loup. A chacun son loup. »
Un spectacle qui s’adresse selon moi à des enfants âgés de 3 ans à 8 ans.
Durée : 55 min.
Où ça : Théâtre de la Clarté – 74 avenue du Général Leclerc – 92100 Boulogne-Billancourt
Accès : Métro Billancourt (ligne 9).
Site Internet : www.theatredelaclarte.com
Dates : mercredi 13 juillet, samedi 16 juillet et mercredi 20 juillet 2016 à 14h30.
Résas : Par tél. 01 46 05 61 01
Tarifs : 8 euros pour les enfants et 12 euros pour les adultes – des réductions sont offertes sur BilletRéduc.

PL8

PL4

Bonne sortie !:-)

PL2

La joie de vivre…

Étiquettes

, , , , ,

Comme c’est bon le soleil… J’avoue en profiter un maximum parce que j’ai peur qu’il nous refasse son énième scène de timidité acte 4 scène 2 ! Alors pardon, hein, si je suis moins présente. Mais promis je ne vous oublie pas [non jamais… vous êtes au creux de moi, dans ma vie, dans tout ce que je fais 🎶…]😉

Et puis, il m’arrive un truc assez dingue depuis que j’ai été bloquée du dos avec ma super hernie discale ! Un truc qui m’a submergée et que j’ai un peu de mal à contrôler depuis. Je vous raconte ?

Bon en gros, pour celles et ceux qui ont déjà souffert d’une hernie avec sciatique et tout le package, vous voyez un peu l’état physique désastreux dans lequel ça vous plonge, ok ? Et bien malgré ça, et grâce aussi à un petit coup de nettoyage intérieur « spirituel » [j’vous raconterai peut être un jour si vous êtes très sages], j’ai une PATATE D’ENFER. Mon moral est au max, j’ai tout le temps envie de me marrer, et j’ai un énorme souci de vérité [bon ça, c’est peut être le truc le moins cool… enfin surtout pour les autres]. Bref, j’ai une impression de légèreté et je déborde d’optimisme.

Le hic c’est que mon corps ne suit pas encore [bah oui, j’ai toujours mon hernie et un peu de sciatique aussi]. Du coup, c’est comme si j’étais en 5ème et que je roulais à 30… Vous voyez le topo. Oué super frustrant, vous pouvez le dire.

HDM3

Tu la vois ma tête de flagadouille heureuse !

Mais bon pas grave. Je fais avec. Mon quatrans et demi, lui, est toujours au taquet ! Et il faut bien l’occuper le biquet.

Parce que le titi, la joie de vivre, il la tutoie depuis toujours… et la bougeotte, et la parlotte aussi. Il suffit que je prenne une mini-pause et paf ! Il va trouver le moyen de faire une expérience inédite voire interdite pour s’amuser.

HDM4

Nananan ! pas le casque !!!

HDM1

Naaaan, pas la soupière !!!

HDM2

NAAAAN !!! PLAF ! Trop tard…

Tiens par exemple, il y a eu ce jour où j’étais au toilette et où le petit en a profité pour subtiliser la tablette de son père… Derrière la porte, l’oreille alerte, je captais alors une conversation des plus étranges entre Siri et mon mini…

– Siri : « Ting »

– Le fils : « T’es très belle Siri, donne-moi des vidéos Légo Star Wars ! »

– Siri : « Je ne sais pas pourquoi, tout le monde me dit ça. »

– Le fils : « Hihihi ! »

– Siri : « Ting »

– Le fils : « Allez Siri ! T’es très belle ! JE VEUX DES VIDEOS LEGO STAR WARS TOUSUITE »

– Siri : « La vraie beauté est intérieure. »

– La mère immobilisée : « LOULOU ! Repose-moi cette tablette IMMÉDIATEMENT ! »

Vous voyez l’genre…

Et donc, nous planifions des activités ou des ateliers pour canaliser cette énergie et entretenir toute cette bonne humeur. Parce que le bonheur c’est sacré et qu’il n’est pas question de le laisser nous échapper.

Passez une belle journée, un bel été, un bon goûter !

ET mille baisers xoxoxo

HDM6

Le challenge du Dragon

Étiquettes

, , , , ,

Roooaaar Fuuuu !! [Comprendre « Bonjour tout le monde » en langage de feu !]

C’est l’excellente auteure jeunesse Nathalie Dargent qui m’a taguée pour le Dragon’s Loyalty Award. Coucou LA SUPER Mother of Dragons ! Pour le coup, voilà une maman qui mérite bien ce surnom. Si vous lisez son blog et les « péripéties » de ses ado-chéris vous comprendrez et peut-être aussi que vous compatirez.

Humeurdemoutard_MOD

THE mother of dragons

Et puis ça tombe bien, car le Dragon est précisément mon signe astro chinois ! Je vous jure ! D’ailleurs, parfois j’ai l’impression que ça bout à l’intérieur… du genre « j’ai de la lave qui coule dans mes veines ». Et puis quand je me coupe et que je mets un pansement, il se consume instantanément !

Hahaha ! Nan mais si un truc pareil devait m’arriver en vrai, je demanderais refuge directement chez les X-Men.

HDM

Kikou !

 Alors quelles sont les règles du jeu ?

1- Je sélectionne 5 blogs que j’aime [duuuur de choisir !!] : 

Les enfants à barbe => THE funniest mama ever in Canada !
Green Baby Circus => Ma copinaute Ana et ses bons tuyaux Green.
Les activités de Maman => Une ex super collègue fan de l’approche Montessori.
Parents à tout prix => Une maman avec des supers plans de sortie enfants.
E-zabel => Isabelle pour son énergie, son naturel, sa gentillesse. Isa quoi !

BANCO les filles ! Vous voilà sélectionnées pour le challenge de l’année. Vous m’aimez hein, je le sens. [Bisous de feu !]

2- J’écris 5 choses sur moi qu’on ne sait pas :

  1. Je porte le même parfum depuis plus de 25 ans [mais je garde son nom pour moi, na !].
  1. Quand je suis tombée enceinte, je savais que ce serait un garçon avant même que l’échographie me le confirme [Madame Irma, t’es dépassée ma vieille].
  1. Je préfère les films de sciences fictions À TOUT LE RESTE ! [Star Wars addict].
  1. Je me force à parler doucement car en réalité, j’ai la voix qui porte. [Quand je monte le ton, je réveille tout le monde en Chine ! Désolée…]
  1. Mon dragon préféré est Falcor. [L’Histoire sans fin, what else !]

Et voilà, c’est terminé. Allez, je file ! On m’attend pour allumer le barbecue.

Fuuuuu aaaooorg ! [Comprendre « bonne soirée tout le monde ! »]

Humeurdemoutard

NB : Gniiii, ayé j’ai mon badge Dragon comme toi Maman à Paris ! Keupine feurever❤

Être papa.

Étiquettes

, , , , , ,

Un soir de semaine, mon quatrans et demi est attablé tranquillement en train de dîner. Son père et moi discutons de parentalité, de l’éducation que nous avons reçue, de celle que nous avons choisie de transmettre… devant notre mini tout à fait perplexe.

– La mère : « Et toi mon titi, tu seras comment quand tu seras un papa ? »

– Le fils après une bonne minute de réflexion : « Z’aurais un nez, une bouche, des zieux, des oreilles, des cheveux, des jambes, des genoux, des pieds, des doigts, des mains, des bras, des épaules, un ventre, des fesses, une barbe, un cou, un menton, un dos, des zongles… »

< C’est si simple finalement.😉 >

papa_humeurdemoutard

[DIY]&[COUP DE COEUR] Un pantin Superman avec Stabilo

Étiquettes

, , , , , , , , , ,

Un mercredi, mon quatrans et demi et moi avons été invités à découvrir les produits Stabilo chez Mombini grâce à Wondercity. Nous voici donc partis pour une après-midi d’ateliers avec un superbe goûter et plein de crayons et feutres à tester. Des produits savamment étudiés pour accompagner les petits dans leur approche du dessin ou de l’écriture, tantôt conçus pour les droitiers ou les gauchers, avec des mines rétractables ou hyper fixes pour apprendre aux minis à doser leur pression sur les feutres… Bref, tout ce qu’il faut pour accompagner le développement de la motricité fine des enfants. Du matériel que j’ai voulu tester avec mon mini, à tête reposée, une fois rentrés à l’occasion d’un DIY… La fabrication d’un pantin Superman !

Voici UN PANTIN SUPERMAN AVEC STABILO :

1- Le DIY pantin Superman :

Pour réaliser ce pantin, il vous faut :

1- des feutres, ici j’ai choisi de tester :
* les 8 feutres indestructibles, de forme triangulaire, à pointes rétractables et encre lavable  « Trio Scribbi » de Stabilo,
* les 12 feutres à pointes plus fines « Cappi » de Stabilo avec le lacet anti-perte de capuchons,
2- un crayon à papier, j’en ai profité pour tester le « Trio Thick »: des crayons de couleurs larges et triangulaires (pour guider la position des doigts sur le crayon),
3- une grande feuille blanche cartonnée,
4- un compas (ou des supports ronds), 
5- une règle (ou des supports droits), 
6- des ciseaux,
7- une perforette,
8- des attaches parisiennes,
9- de la ficelle,
10- du scotch ou du masking tape.

La méthode :

A l’aide du crayon à papier (ou d’un crayon de couleur), tracez les contours de votre personnage sur la grande feuille blanche cartonnée en prenant soin de détacher du corps les bras et les jambes. Vous pouvez également diviser en deux parties distinctes les bras et les avant-bras ainsi que les cuisses et les mollets. Peaufinez les détails de votre personnage (le visage, le costume, les doigts…). Ensuite, découpez chaque partie du corps dessinée. Demandez à votre enfant de les colorier. Quand les coloriages sont terminés, réalisez des petits trous à l’aide de la perforette aux extrémités des membres qui seront attachés ensemble. Rassemblez les membres et fixez les entre eux à l’aide des attaches parisiennes. Vous pouvez enfin scotcher une boucle de ficelle au dos et au sommet du personnage. Et vous pouvez tenter de l’animer à l’aide d’une ficellerie que vous prendrez soin de fixer et nouer en suivant le modèle proposé ici.

< Compter environ 45 minutes à 1 heure pour réaliser cet atelier. Mon quatrans est épaté. Il a découvert que l’on pouvait créer un personnage articulé ce qui l’a beaucoup amusé.>

2- Mon avis sur les produits testés :

La forme triangulaire des feutres « Trio Scribbi » est d’une efficacité indéniable sur l’aide à la prise en main du feutre. Et je peux vous en parler en toute connaissance de cause car la position des doigts sur le crayon n’est justement pas encore bien acquise par mon quatrans et demi. C’est précisément l’un des points sur lesquels je dois le faire « travailler » pendant les vacances en lui proposant régulièrement d’écrire, de dessiner ou de colorier.

5

Ces feutres là !

3

Vous voyez la position des doigts ?

Autre point intéressant sur ces feutres : si l’enfant exerce une pression trop importante, la mine se rétracte. Alors, je vous avoue ne pas avoir vu la mine se rétracter quand mon mini les a utilisés. Sans doute a-t-il naturellement modéré la pression exercée… ?! En tous les cas, si je suis sûre d’une chose, c’est que ça marche bien (j’ai testée cette fonctionnalité au préalable) ! Et que si mon titi appuie trop fort, ces feutres là résisteront et qu’il pourra les réutiliser aussi longtemps que souhaité. Qui c’est qui va faire des économies sur les feutres à racheter ? C’est bibi !

Même constat positif pour les crayons de couleur « Trio Thick » et les feutres « Cappi » concernant la position des doigts. Et bravo pour l’idée du lacet anti-perte de capuchons ! Parce qu’en toute honnêteté, j’en avais un p’tit peu marre de les ramasser par terre… Mon dos remercie Stabilo ! #ReconnaissanceÉternelle❤

8

C’est qu’il se débrouille pas mal le titi avec les feutres Cappi !

Et donc, cet atelier s’est formidablement bien passé. Et le rendu final est plutôt agréable à regarder. Le mini et moi sommes très satisfaits.

15

Ça va barder Lex Luthor !!!

Une mention spéciale aussi pour l’ultra lavabilité de l’encre – #MédailleFéeDuLogis ! Le fiston avait copieusement débordé sur la table. J’ai tout nettoyé avec beaucoup de facilité.

3- Quelques photos de notre journée découverte #StabiloDream :

IMG_20160622_154236

Mazette ! CE goûter…

DSC_3630

Atelier dessin et réalité augmentée

DSC_3627

Les crayons et fluos ergonomiques pour faciliter la position « triangle » – droitier ou gaucher

IMG_20160622_151916

Les feutres « Cappi » à lacet

DSC_3631

Wahou ! Le dessin prend vie…

IMG_20160622_175204

Le sac à dos Deuter plein de surprises

DSC_3645

LES surprises !!!

4- Les bonus :

Sympa n’est ce pas ! Mais vous savez quoi ? Stabilo a aussi pensé à VOUS.

Cet été, la marque vous a, en effet, concocté quelques surprises… Voyez plutôt :

  • un Jeu-concours « Travel your dreams » pour gagner des cadeaux tels que des tablettes, sacs à dos, serviettes de plage, et bien évidemment les fameux feutres STABILO… Vos enfants doivent dessiner leur rêve le plus fou. Et c’est tout ! Détails ici.
  • un atelier gratuit dans les Fnac Kids, ce samedi 2 juillet, où les enfants de 3 à 12 ans doivent dessiner les vacances de leur rêve avec les feutres ou crayons Stabilo pour gagner plein de cadeaux. Détails ici.
  • une application « Stabilo 3D Colors » ludique et gratuite disponible sur Google Play et l’App Store, sur tablette et smartphone, pour donner vie à ses dessins comme par magie. Détails ici.

Elle est pas belle la vie ?

Merci encore à Stabilo et Wondercity pour cette découverte très intéressante et leurs supers produits pour accompagner le développement de la motricité fine des petits.

Bon week-end à tous !

17

Retrouvez tous nos DIY dans la rubrique Les bidouilles à bibi & tous nos coups de coeur dans la rubrique Oooh, c’est top ça !

La petite graine.

Étiquettes

, , , , ,

Dimanche dernier, en fin de journée, le père et moi étions assez fatigués. Nous nous sommes donc allongés quelques minutes, dans notre chambre, au calme, histoire de récupérer. C’était sans compter sur l’omniprésence du quatrans et demi qui ne peut s’empêcher de venir s’incruster entre nous pour se faire bisouiller…

– Le père inspiré : « Chéri, tu peux aller jouer dans ta chambre, s’il te plaît ? Papa voudrait donner une petite graine à maman pour faire un bébé… »

– Le fils hyper enthousiaste : « OUIIII, ze voudrais DES ZUMEAUX !! DES ZUMEAUX !! DES ZUMEAUX !!! »

< Youpi… >

Humeurdemoutard

[SORTIE] Un jeu de piste « Ancienne Egypte » extra au Père-Lachaise

Étiquettes

, , , , , , , , , , , , , ,

Je ne sais pas si vous l’ai dit, mais je suis une enfant de Paris. Je suis née et j’ai vécu toute mon enfance dans le 12e arrondissement. Et comme beaucoup d’enfants de l’Est de la capitale, j’ai souvenir de mercredis très chargés et bien occupés à visiter un musée, un quartier, un monument, un jardin de ce coin de Paris. Je me rappelle de superbes balades avec ma grand-mère maternelle qui avait à coeur de me faire découvrir notre belle cité. Et c’est ainsi que je me revois encore petite fille arpenter les jolis sentiers… du Cimetière du Père Lachaise ! Et oui ! Car dans mon temps, et dans celui de mon mari, qui est un enfant du 19e arrondissement, le Père Lachaise était un lieu dans lequel on venait visiter ou simplement se balader. Il faut avouer que la flore y est tellement extraordinaire (400 espèces végétales recensées) et que c’est tellement arboré (5 300 arbres soit un arbre pour 13 sépultures) qu’on se croirait presque en forêt ! Et puis, il y a cette atmosphère si particulière, apaisante et aussi étonnamment « vivante »… Le site est plein de vie. Car en plus de la faune ici bien présente (une quarantaine d’espèces d’oiseaux, des chats, des écureuils, des lézards et tout un tas de petits animaux), il y a une une forte empreinte de vies – de ce million d’histoires vécues, de célébrités ou d’inconnus reposant dans ce cimetière, qui ont voulu laisser une trace de leur passage sur Terre en façonnant leur sépulture d’une incroyable manière.

IMG_20160625_110750

Bienvenue au Père Lachaise

3

En route !

7

On recherche les indices…

Une visite du cimetière sous l’angle des Pharaons

Aussi, quand Paris Mômes m’a proposé de tester gratuitement « un jeu de piste guidé » sur le thème de l’Ancienne Egypte, avec d’autres familles, au coeur du cimetière, j’ai tout de suite accepté. Je savais d’avance que j’allais me régaler et que ce serait une parfaite première approche pour mon enfant du lieu et de ses légendes. Hier matin, nous voilà donc partis, mon mari, mon quatrans et demi et moi à la découverte de cette balade-exploration. Le rendez-vous est fixé du côté de l’entrée Nord, à Gambetta. Ce qui tombe bien car nous abordons le cimetière dans le sens de la descente (moins fatigant pour les petites jambes de mon mini). Notre guide, Annie Chapuis, commence alors par nous rappeler les règles. On ne court pas dans les allées au risque de tomber et l’on ne monte pas sur les tombes (question de respect) ! Les petits très attentifs sont ainsi avertis, le jeu de piste peut commencer, on est parti ! Alors, pourquoi « l’Ancienne Egypte » comme thématique d’exploration me diriez-vous ? Rien de plus simple : certaines personnes enterrées au Père Lachaise se sont inspirés de grands monuments égyptiens pour dessiner leur tombe. Et pas des moindres ! On parle quand même de pyramides, de sphinx, d’obélisques, de sarcophages… tous conçus avec beaucoup de minutie. Une passion évidente pour cette période de l’Histoire d’Egypte qui ne laisse pas indifférent. Des sépultures magnifiques que les défunts ont alors érigées pour la postérité, pour notre plus grand plaisir de les découvrir et de les admirer. Nos petits visiteurs sont impressionnés. Notre guide prend le temps de bien expliquer aux familles et aux enfants chaque histoire liée aux tombes concernées. Les anecdotes sont très intéressantes et parfois même truculentes ! Le parcours est magnifique et les enfants vivent un moment presque magique.

2

Le sphinx à bisous !

1

On parcourt les allées tranquilles

5

Quelle jolie pyramide !

8

Oh, un petit obélisque…

10

Comme un parfum d’Egypte Antique

DSC_3817

Incroyable cette sépulture « inhabitée » en cours de construction !

Du point de vue des enfants

Première chose importante, cette visite-exploration est accessible aux enfants à partir de 7 ans ! Comme mon titi n’a que 4 ans et demi, je suis restée à côté de lui tout le temps afin de l’aider dans sa « quête », et surtout pour simplifier son approche du jeu et des « objets ou motifs » à découvrir. Il a étonnamment bien suivi le mouvement globalement malgré quelques petites tentatives de dispersion. Il a répondu avec moi aux questions du parcours. Il a cherché et réfléchi comme les plus grands. Il a m’a aussi avoué avoir « bien aimé » l’activité. Au final, je pense qu’il a vécu cette expérience comme une aventure peu commune, entre le parcours de motricité (pour éviter de tomber sur les pavés ou de trébucher sur les racines sortant du sol) et un lieu de curiosité avec des chapelles fermées sur des secrets, des tombes majestueuses ainsi que des petits animaux cachés au milieu d’arbres centenaires. Quant aux autres enfants plus grands, je les ai trouvés très impliqués et très intéressés. A mi-chemin entre la course d’orientation et la visite guidée, cette activité mobilise en effet pas mal de capacités. Je peux vous dire qu’ils n’ont pas vu passer cette matinée et qu’ils en sont repartis plutôt très satisfaits.

11

Les enfants explorent…

A

On admire les sépultures

6

J’explique les symboles égyptiens

9

ÇA c’est de l’obélisque !

15

Et pour finir, un peu de parcours.

De notre point de vue de parents

Mon mari et moi avons adoré. Nous envisageons même de revenir effectuer une visite plus longue et plus détaillée, avec Annie Chapuis (désormais notre guide préférée) et quelques uns de nos amis, d’ici l’automne. Outre tous nos souvenirs d’enfance remontés à la surface lors de cette activité, nous avons été enchantés de découvrir le site sous un tout nouvel aspect, celui des Pharaons. Nous avons été très heureux de partager cette découverte avec notre petit garçon. Nous pensons que cette activité est une très belle idée à l’image de ce qu’est véritablement le Père Lachaise – un lieu de recueillement classé aux monuments historiques bien sûr MAIS surtout UN LIEU DE VIE. Un site à l’image des générations de personnes qu’il a accueillies, depuis sa création en 1804, qui ont souhaité laissé derrière eux une trace de leur existence à travers des tombes discrètes ou extravagantes, des monuments ou des édifices spectaculaires… pour le plus grand bonheur des visiteurs (c’est quand même le cimetière le plus visité AU MONDE !).

17

Oh Gaby ! Baschung

19

Magnifique cette croix en cristal Lalique

DSC_1153

Le radeau de la méduse. Géricault

16

Biche oh ma biche… Alamo

14

Je ne bois jamais à outrance, je ne sais même pas où c’est. Desproges

13

Le maître dans l’art de l’accumulation. Arman

B

Le libérateur d’esclaves. Schoelcher

4

Je suis Charlie. Tignous

Et puis, comme promis hier sur les réseaux sociaux, voici une photo TRÈS particulière. Un cliché pris par mon mari au cours de notre exploration où l’on perçoit une étrange silhouette (en haut à droite). Alors, effet de lumière, poussière ou âme qui erre ? Je vous laisse juger. Vous me direz ce que vous en pensez.😉

12

Le truc de OUF !!!

Infos pratiques et tarifs

Le jeu de piste « Ancienne Egypte » au Père-Lachaise, avec Paris Mômes, s’adresse aux familles avec enfants à partir de 7 ans.
Prévoir plutôt des chaussures de marche ou baskets (pas de talons, pas de tongs).

Adresse : Entrée Porte Gambetta, rue des Rondeaux, Paris 20e
Métro : Gambetta
Dates : Le dimanche 10 juillet à 10h30 & Le mercredi 20 juillet à 10h30 
Durée : 1h30
Tarifs : 12 euros par personne (ou 10 euros pour les membres du Club Paris Mômes)
Matériel donné : un tote bag illustré par l’artiste Delphine Renon avec un goûter Bio + plan d’activité.

Inscription sur le site de Paris Mômes en cliquant ici.

Et puis, voici un très bon resto kids friendly, à côté, pour déjeuner : 

L’Artiste
153 rue de la Roquette 75011 Paris
Tél : 01 43 79 96 19
Particularités : terrasse agréable et colorée, au choix brunch à volonté ou plats (burgers etc.).
Service très sympa !

20

Whaou la terrasse…

18

Miam ! Miam !

Bon dimanche à tous.

IMG_20160625_124720

La mignonnerie du jour #2

Étiquettes

, , , , , , ,

Un soir de semaine, mon quatrans et demi et son père rentrent de l’école. Le mini est enjoué et très fier de m’avouer que son papa lui a racheté un goûter après qu’il ait laisser tomber le premier sur le trottoir tout mouillé.

Il en profite également pour me montrer la petite bouteille d’eau fruitée qu’il se dépêche de terminer…

– La mère : « Oooh mais dis donc ! Ou as-tu trouvé cette boisson ? »

– Le fils retenant jalousement son précieux breuvage : « C’est papa qui M’A acheté la bouteille de zu d’fruit chez le petit oiseau !!! »

< Auchan market, c’est VRAIMENT trop chouette ! >

Humeurdemoutard

Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

Rejoignez 107 autres abonnés