[DÉVELOPPEMENT PERSONNEL] Soyez bon ! … Comment ça « bon » ?

Bonjour à toutes et tous !

Comment allez-vous depuis ma dernière publication ? Bien j’espère… 🙂

Aujourd’hui, je voudrais aborder, avec vous, un thème très particulier. Ce thème fait référence au jugement, à la critique, à nos perceptions, à ce que nous rayonnons. C’est un thème qui n’est pas simple car je sais d’avance que certain.e.s d’entre vous ne seront pas d’accord avec ce que je vais écrire et s’opposeront probablement à cette explication avec mépris, colère ou aigreur. Mais, c’est OK. Chacun est libre de ses pensées et croyances. Chacun voit la vie et choisit, consciemment ou inconsciemment, d’expérimenter des relations ou des situations en fonction de ses propres perceptions et de ses propres repères. J’en profite pour faire une accolade un peu taquine à toutes ces croyances et pensées qui se sont forgées depuis notre enfance et qui s’emploient trop souvent à nous commander et nous diriger ! #HelloEgo !

– Le choc des Titans –

Alors pour commencer, vous allez sûrement me dire « mais quel rapport avec ton titre » ? Eh bien, lorsque nous commandons, conseillons ou encourageons une tierce personne à être « bonne » cela sous-entend que nous la jugeons et considérons qu’elle ne l’est pas assez, voire pas du tout… vis-à-vis de NOUS. Pourquoi ? Parce que nous avons tous en tête une idée, une croyance, une définition de ce que doit être « la bonté ». Nous traçons une ligne imaginaire dans notre tête avec, à ses deux extrémités, la notion de « bon » et de « mauvais ». Ou encore la notion de « bien » ou de « mal ». Ou encore la notion de « positif » ou de « négatif ». Ou encore la notion de « juste » ou d’ « injuste »… Bref, vous avez compris. Et derrière chacune de ces notions, nous y mettons nos propres valeurs, nos propres définitions, nos propres croyances. He oui ! Et que faisons-nous, ensuite, avec cette ligne ? Nous y ajoutons un curseur que nous déplaçons et figeons à une extrémité ou l’autre de cette ligne en fonction de nos perceptions, nos jugements, nos croyances sur chacune des relations que nous vivons, des situations que nous expérimentons ou des événements que nous traversons. Vous me suivez ? Nous commandons ou conseillons donc, à l’autre, de correspondre à « NOTRE idée » de ce que doit être « la bonté ». Nous demandons à ce qui est à « l’extérieur de soi » de se caler sur ce qui est « à l’intérieur de soi ».

Or, que se passe-t-il quand une tierce personne entre en résistance par rapport à notre croyance ou pensée, quand elle s’oppose à nous, quand elle se moque ou quand elle n’accorde pas l’importance souhaitée à notre vision des choses (la position de notre curseur) ? Eh bien PATATRAS ! C’est la CATA ! Vous la sentez cette émotion désagréable qui monte au fond de vous ? Cette colère, cette peine, cette frustration, cette peur… Ce n’est pas grave, et surtout c’est OK. C’est comme une vague qui monte et qui va s’en aller ! Alors, on respire, on prend du recul et on analyse ce qui est en train de se passer. L’émotion désagréable que vous ressentez est un INDICATEUR ! C’est juste un clignotant sur votre tableau de bord… Ce n’est rien d’autre que cela. Donc, soufflez ! Tout va bien. 🙂

Zen !

Et maintenant, laissez-moi vous faire la visite guidée sur ce qui se passe en VOUS et AUTOUR DE VOUS. Vous devez d’abord comprendre et accepter l’idée fondamentale que vous ne pouvez pas changer ce qui est à l’extérieur de VOUS. Comme je l’ai expliqué dans mon précédent billet, c’est une croyance limitante, et donc génératrice de « souffrances », que de vouloir à tout prix que les autres avec lesquels vous entretenez des relations ou les expériences que vous vivez « s’adaptent » à vos raisonnements, vos attentes, vos exigences. Vous pouvez impulser, vous-même, un nouveau modèle de croyances par VOTRE exemple. Les conseils, VOS conseils, ne sont que des avis. Pourquoi, une tierce personne devrait suivre VOS conseils ? Parce que vous pensez être une « bonne personne » et qu’une « bonne personne » sait nécessairement ce qui est mieux pour les autres ? Mais quel est le rapport ? Avez-vous le même vécu ? Avez-vous traversé les mêmes épreuves ? Avez-vous reçu les mêmes enseignements ou la même éducation ? Avez-vous la même sensibilité ou les mêmes possibilités ? Avez-vous les mêmes croyances… ? 😉 Bien sûr que non. Nous sommes différent.e.s et cette différence est aussi ce qui fait notre richesse. Parce que c’est en allant justement confronter notre individualité aux autres que nous allons pouvoir NOUS tester dans notre propre capacité à AIMER.

Chabadabada…

Laissez-moi vous expliquer plus clairement les choses parce que je sais que pour certain.e.s d’entre vous ce n’est pas facile à comprendre. Les attentes que vous posez sur les autres ou les expériences désagréables que vous vivez ne reflètent que vos propres limites, vos propres manques ou votre propre insécurité intérieure. Et pour cause, cela vient de votre enfance ! C’est le résultat de vos repères cognitifs, de ceux que vous avez forgés depuis l’émotion très forte et très désagréable qui vous a saisi.e quand vous étiez petit.e alors que vous étiez confronté.e à une situation très difficile. Vous comprenez ? Alors quand une émotion désagréable vous étreint, prenez du recul et posez-vous simplement ces deux questions :

  1. Mon émotion soulève-t-elle une menace réelle (danger de mort) ou subjective (croyance limitante) ?
  2. Et derrière cette tension, quel est finalement mon besoin profond ?

Et là, permettez-moi de vous faire une révélation, un PRÉCIEUX cadeau. Parce que je sais que la réponse que vous allez trouver à la question n°2 n’a pas forcément de solution. Parce que vous dirigez, malgré vous, votre besoin à l’extérieur de vous : tels que le besoin de recevoir de l’amour, le besoin d’avoir l’admiration ou la considération des autres, le besoin d’avoir de l’argent, le besoin d’avoir des compliments, le besoin d’avoir tout un tas de choses… ! Voici donc mon cadeau : vous recherchez à combler un vide qui n’existe pas. Ce vide est subjectif ! Votre espace intérieur est déjà comblé. VOUS ÊTES DÉJÀ COMBLÉ. Vous avez une énergie qui vous est propre, vous avez de l’enthousiasme pour faire certaines choses qui vous attirent, vous avez un potentiel de compétences à découvrir et mettre en oeuvre… VOUS ÊTES ! Vous vous rendez compte, c’est incroyable, tout est déjà là en VOUS. Tout a toujours été là en vous à votre disposition ou tout juste prêt à éclore.

Enfin là, enfin LIBRE !

Alors peu importe ce que les autres pensent de vous, peu importe qu’ils ne soient pas d’accord avec vous, peu importe qu’ils vous critiquent ou vous jugent… parce qu’en réalité ils ne font que souligner les menaces qui les habitent EUX. Ils révèlent ainsi leurs propres attentes et leurs propres limites. Si vous ressentez une émotion désagréable lorsque l’on vous juge ou lorsque l’on vous critique… rendez-vous compte que vous laissez la croyance de l’autre déterminer qui vous êtes, vous lui remettez votre pouvoir « créateur » entre les mains et lui donnez une certaine forme d’ « autorité » sur vous. Pourquoi faire ça ? Vous n’êtes pas l’avis de cette personne. Vous n’êtes pas non plus ce qu’elle perçoit de vous… Vous êtes VOUS ! 😉

Quelle est donc la meilleure « conduite » à tenir face à de telles relations ? Et bien vous avez différents choix. Vous pouvez choisir de lutter « contre » tout en gardant à l’esprit que vos tentatives pour modifier la croyance de l’autre ne seront pas forcément fructueuses et ferez parfois le constat amer que vous avez renforcé sa croyance… Ou alors, vous pouvez choisir de LÂCHER-PRISE ! Tant pis… et même, TANT MIEUX ! Chacun expérimente des relations ou des expériences en fonction de ses propres perceptions et croyances… Alors, à quoi bon ! Lâcher-prise c’est aussi faire la paix avec son passé. C’est accepter que ce qui est fait ne peut pas forcément être défait, modifié ou réparé mais peut être dépassé voire transcendé… Et enfin c’est pardonner. C’est-à-dire « desserrer les dents » (merci au film « La Cabane » tiré du roman « The Shack » de William Paul Young pour sa fameuse illustration du pardon) et cesser de donner une emprise douloureuse sur soi à une épreuve passée.

On rayonne autour de soi ce que l’on est en soi. Si on est insécurisé, on percevra des menaces partout. Si on se mésestime, on cherchera l’amour ou l’affection des autres en se soumettant, malgré soi, aux exigences ou aux croyances de l’autre, ou bien, on rejettera carrément les autres.

Alors « soyez bon »…. selon qui, selon quoi… ? #MystèreEtBouledeGomme

Soyez surtout vous-mêmes et faîtes-vous confiance. Suivez votre chemin car je peux vous garantir que la vie vous apportera toutes les opportunités (succès ou épreuves) nécessaires pour vous aider à vous élever. Peut-être aurez-vous un jour le déclic, qui sait… Peut-être accepterez-vous l’idée que vous avez votre part de responsabilité sur le regard et la croyance que vous entretenez suite à une épreuve passée. Peut-être pourrez-vous alors avancer, enfin allégé.e, et mettre votre expérience au service des autres, de la collectivité. Une expérience qui au lieu de vous limiter fera à l’inverse LEVIER pour vous permettre de VOUS réaliser.

Vous êtes votre propre soleil…

Et au besoin, faîtes-vous aider soit par un coach soit par un thérapeute de votre choix qui saura vous guider avec bienveillance et respect. Un accompagnement personnalisé que je me propose de vous apporter en privé. Si tel est votre souhait, contactez-moi, dès aujourd’hui, sur ma messagerie privée bonjourhdm@gmail.com ! ❤

Je vous souhaite une belle soirée, confiante dans la vie et dans notre capacité à TOUTES et TOUS à pouvoir AIMER.

Des baisers.

Ombelline

[DÉVELOPPEMENT PERSONNEL] Mon 3e ebook « Focus sur la reconstruction personnelle » enfin disponible

Hello tout le monde !

Comme annoncé sur mes réseaux sociaux, mon 3e ebook « Focus sur la reconstruction personnelle » est enfin disponible. Je vous l’envoie par mail pour la modique somme de 12 euros (19,75 euros), offre valable jusqu’au 15 août 2019 ! Et si vous souhaitez aussi recevoir mon 2e ebook « Focus sur le lâcher-prise », je vous envoie les deux ouvrages de 8 pages pour un montant de 20 euros seulement ! Enfin, je vous rappelle que le 1er ebook « Évoluer en conscience » est gratuit. Pour le ou les recevoir, contactez-moi par email sur bonjourhdm@gmail.com. 😉

Alors de quoi est-il question dans ce 3e opus ?

Tadam !!! Oooh c’est bôôô !

Cet ebook fait suite à la méthode proposée dans le second opus pour lâcher-prise. J’y ai recensé et expliqué les leviers les plus efficaces pour se reconstruire et développer un mental soutenant. Des leviers qu’il est nécessaire d’actionner aussi souvent que possible et de manière assez constante pour forger un ego plus stable, plus aidant.

Certains pourraient trouver ces leviers assez challengeants… c’est tout à fait normal ! Les habitudes ont la dent dure car les croyances / pensées que nous avons structurellement intégrées, et sur lesquelles nous avons pris l’habitude de nous appuyer depuis l’enfance, ne vont pas céder aussi facilement la place à de nouveaux repères. Elles vont résister autant que possible et revenir nous « polluer » avec des menaces subjectives… telles que la peur de l’abandon, du rejet, du manque, de la perte de contrôle, ou encore les complexes, la comparaison, etc. Mais il est possible de réduire voire d’effacer ces peurs en… cessant de lutter contre. Et oui ! Le fait de lutter CONTRE quelque chose induit une résistance de cette chose. En plus, on risque de la renforcer ! Alors que si nous choisissons de mettre notre énergie POUR la construction de quelque chose d’autre, POUR ce que nous souhaitons (versus ce que vous ne voulons pas), nous obtiendrons de bien meilleurs résultats (gain de confiance en soi, estime de soi, développement de son potentiel…).

Le principal est de garder confiance et de ne pas craindre d’éventuelles menaces… qui s’avèrent être majoritairement subjectives. Le seul danger contre lequel notre ego est censé devoir nous protéger c’est la mort ! Si un véhicule nous fonce dessus et que notre mental nous envoie l’ordre de sauter sur le côté, il nous sauve la vie. Il fait BIEN son job. S’il nous empêche de défendre notre point de vue au milieu d’un groupe ou d’une assemblée en nous envoyant la menace d’être moqué ou déconsidéré, il nous prive de notre liberté. Il fait MAL son job. Un ego n’est donc pas forcément quelque chose de négatif. Il est utile ! Il peut nous sauver d’un réel danger. Mais, il peut être soit SOUTENANT, soit LIMITANT. Il peut être soit au service de notre être, soit aux commandes. La question est de savoir la place que nous voulons lui donner et pourquoi nous lui donnons cette place ? 🙂

Ça fait cogiter grave… hein ?

On ne peut pas obliger les autres à être ce que l’on voudrait qu’ils soient. Ils suivent un chemin de vie. Ils vivent des expériences ou des relations qui ont un sens selon leurs propres pensées et leurs propres croyances. Tout comme vous. Ils ont une perception tout à fait personnelle du monde… Et vous aussi. Il se cherchent… Ils se mettent à l’épreuve ! Et donc ils justifient inconsciemment leur ego en projetant sur les autres ou leurs expériences leurs propres croyances et pensées. #EffetMiroirBonjour !

Alors, qui détient la vérité… ?

Si vous souhaitez vraiment que le monde change, commencez déjà par « acter » le changement en VOUS. Il n’y a pas meilleur conseil pour convaincre les autres que l’exemple que l’on est capable d’apporter soi-même ! Et si des personnes ne veulent pas vous suivre ou appliquer votre exemple, c’est leur choix et leur droit. Ils ont un autre chemin à suivre que le vôtre… Ils ont d’autres failles à régler que celles que vous avez réussi à dépasser. Ils font comme ils peuvent avec leurs moyens ou leurs possibilités et au rythme qui est le leur.

Enfin, je voudrais rappeler, ici, une liste de noms de personnes qui ont acté un changement sans agressivité et sans heurts… et qui ont ainsi posé la première pierre d’une nouvelle manière de penser ou de vivre ensemble : Kathrine Virginia Switzer, Mahatma Gandhi, Rosa Parks, Martin Luther King Jr, Maria Montessori, Oskar Schindler, Mère Teresa et Albert Schweitzer… Vous voyez, c’est possible. C’est juste possible ! Alors croyez en vous, aimez-vous, développez-vous sans crainte. Vous êtes légitime et vous êtes important.e.

Vous êtes une merveille ! Si c’est vrai !

La boucle devient vertueuse quand elle ne s’embarrasse pas des aspects négatifs de l’expérience, de la relation ou de l’événement que nous sommes en train de vivre. Les succès autant que les épreuves sont OK. Car ils font partie de la vie. Soit on gagne, soit on apprend, comme disait Nelson Mandela. Les épreuves peuvent réellement être perçues et vécues comme des opportunités de croissance… on est tous responsables de nos vies. Chacun d’entre nous a le pouvoir d’agir pour LUI.

Je vous rappelle mon adresse mail pour commander mon ebook « Focus sur la reconstruction personnelle » : bonjourhdm@gmail.com.

Et sinon, VOUS, comment allez-vous ? 😉

Je vous embrasse et vous une souhaite une vie aussi MAGNIFIQUE que l’ÊTRE qui ne demande qu’à jaillir en vous.

Ombelline

Pour Calixte, le SOS d’une petite terrienne en détresse

« Je voudrais un maquillage de licorne, s’il vous plaît… » 

Voici ce que Calixte, 11 ans, m’a demandé timidement, l’autre jour, à la kermesse de l’école en prenant place sur la chaise, face à moi, pendant que j’essuyais mes pinceaux. « Une licorne… » me suis-je dit, attendrie, en regardant cette douce jeune fille à l’aube de sa rentrée prochaine au collège et des nouvelles aventures qui l’attendent en tant que pré-adolescente à peine éclose. Je me revois, alors, dans mes propres années « collège » entourée de mes copines partageant des confidences, je me souviens de mes premiers émois, de mes premières boums et de la première fois où j’ai pu aller au cinéma avec une amie sans être accompagnée par un adulte… C’était une période si intéressante et si effervescente que j’en garde un souvenir particulièrement agréable et joyeux.

Sauf que ce que Calixte ignore encore c’est la gravité de la maladie rare qui la ronge de l’intérieur et qui ne lui laisse à peine que 5 ans d’espérance de vie devant elle depuis que le diagnostic fatal a été posé en janvier dernier.

Sauvons_Calixte

Calixte c’est la grande soeur d’un copain de classe de mon septans-et-demi de fils. C’est cette adorable brunette au regard foncé si brillant, si intense, si profond qu’on pourrait presque y voir l’infini et la multitude de rêves qu’elle fabrique chaque soir dans son lit. Calixte c’est aussi et surtout la délicatesse, la gentillesse et la sensibilité incarnée. Un flocon de neige fragile et magnifique dont la beauté n’a rien perdu au fil des années mais qui fond un peu plus chaque printemps alors que la maladie s’étend.

Calixte est atteinte de la maladie SMA-PME (spinal muscular atrophy – progressive myoclonic epilepsy) qui est due à une mutation du gène ASAH1, qui perturbe l’activité d’une enzyme clé pour le bon fonctionnement des cellules du corps. Une maladie neuro-dégénérative vicieuse et très agressive qui ne laisse aucun répit, ni aucune chance de survie aux enfants auxquels elle s’en prend. Les enfants atteints de cette maladie ne dépassent malheureusement jamais la barre des 16 ans. Ils connaissent des pertes d’audition et d’équilibre dès le plus jeune âge, puis des micro-convulsions faisant penser à des absences épileptiques infantiles. Ensuite, viennent les troubles d’apprentissage puis le cerveau et les muscles de l’enfant qui finissent par se dégrader complètement jusqu’à la perte complète d’autonomie… puis la mort de l’adolescent.

Pardon, mais cet article est tellement difficile à écrire pour moi. J’en pleure parce que c’est très dur. C’est injuste ! Je ne peux tout simplement pas l’accepter.

Je ne peux pas rester là, devant Calixte, à lui faire son maquillage de licorne, son dernier maquillage de petite fille, en essayant de ne pas trembler à l’idée qu’elle va nous quitter d’ici quelques années, sans réagir, sans rien tenter. C’est impossible. Ce n’est pas moi. Je sais que je PEUX apporter mon aide à sa cause, à son combat. J’ai un blog ! J’ai une famille, des ami(e)s et un réseau professionnel. Et j’ai MA part de voix. Alors je vais l’utiliser non seulement pour vous raconter son histoire mais surtout pour vous dire qu’il y a un VÉRITABLE ESPOIR de la sauver. Et ça, c’est LA nouvelle incroyable que son grand-père, le Dr Michel Vincent, un éminent cancérologue et chercheur français, a commencé à diffuser à travers l’association « ASAP for Children » qu’il a créée en urgence pour sensibiliser l’opinion et récolter des fonds.

Vous n’imaginez pas la FORCE de cet homme, de ce grand-père aimant et profondément déterminé à sauver sa petite fille du sort funeste qui l’attend. Depuis que le diagnostic de Calixte a été posé, au bout de deux longues années d’analyses et de tests médicaux, il a remué ciel et terre pour trouver des « pistes » de traitement dont une plus prometteuse que d’autres, avec des résultats spectaculaires du côté de la « thérapie génique in vivo » !

Un grand-père investi d’une énergie de combattant incroyablement vertueuse et fédératrice… tout comme Armelle et Olivier, les parents. ❤

Grâce à cette lueur d’espoir, plusieurs personnes de la famille et de l’entourage de Calixte se sont déjà mobilisées pour trouver de l’aide et sensibiliser le plus de personnes possibles afin de récolter des dons. Le temps est compté et il faudra beaucoup de dons pour sauver Calixte. MAIS C’EST POSSIBLE ! Il est réellement possible de transformer cette lueur d’espoir en un feu de joie et de vie sublime grâce à vos dons.

Alors, s’il vous plaît, donnez sur le site de l’association qui récolte les fonds : https://www.asapforchildren.org/

Et partagez aussi cet article. Ou parlez-en autour de vous.

Les maladies orphelines nous concernent TOUS et TOUTES. Savez-vous qu’en France, plus d’une personne sur trois est concernée par une maladie rare (source IPSOS juin 2019) ? Cela revient à dire qu’un proche ou une connaissance autour de nous est concernée. Vous vous rendez compte ! Et savez-vous que 77% des personnes, interrogées par IPSOS en juin de cette année, considèrent que la prise en charge de ces personnes n’est pas satisfaisante, aujourd’hui, dans notre pays ? Non mais… Qu’attendons-nous pour faire mentir les statistiques ? Donnons.

Et gardons en tête, que sur plus de 60 millions de français, si la moitié seulement pouvait donner 1 euro, soit 30 millions d’euros, alors beaucoup de ces pathologies pourraient être vaincues et beaucoup de patients, d’amis, de voisins, de parents, d’enfants ENFIN sauvés.

A titre d’information, je voudrais préciser qu’un reçu fiscal est envoyé aux personnes qui donnent afin de leur faire bénéficier d’une remise d’impôts.

Calixte_recoltededons_SMAPME

J’ai donné.

Et je souhaite de tout mon coeur, que le maquillage de licorne que j’ai fait à Calixte puisse, un jour, laisser la place à un visage de jeune femme rayonnant du bonheur d’être toujours là parmi nous… d’être en vie.

Pour Calixte, pour ses parents, son petite frère de 8 ans et sa petite soeur de 5 ans à qui j’ai fait le même maquillage de licorne car elle voulait faire comme sa grande soeur (je peux vous dire que j’ai accroché mon sourire le plus lumineux possible à mes lèvres, ce jour là), pour ses ami(e)s et voisin(e)s, et pour les autres enfants atteints de la maladie SMA-PME ainsi que de la maladie de FARBER, DONNEZ, s’il vous plaît, donnez…

D’avance une immense MERCI à toutes et tous !

Je vous embrasse,

Ombelline

SauvonsCalixte.png

 

[DÉVELOPPEMENT PERSONNEL] Lancement de mon 2e ebook « Focus sur le lâcher-prise »

Bonjour tout le monde !

Encore merci à tous ceux et celles qui ont demandé à recevoir mon ebook « Evoluer en conscience » . Je rappelle qu’il est gratuit et que vous pouvez me le demander par mail sur bonjourhdm@gmail.com.

Voici donc mon nouvel ebook « Focus sur le lâcher-prise » . Un ouvrage de 8 pages dans lequel je vous livre une méthode efficace à mettre en pratique pour vous délester de vos difficultés et donc de vos croyances limitantes.

FocussSurLeLacherPrise_OmbellineRobin_Humeurdemoutard

Pour bien faire, pour bien comprendre le processus, j’appuie donc ma réflexion et mes propositions d’action sur une liste de clés que j’ai nommées mes « flashlight tools© » , autrement dit mes outils lampe de poche ! Et pour cause, c’est assez « éclairant » ! Vous verrez… 😉

Quelques unes d’entre vous ont déjà eu la chance de lire cet ouvrage. Je vous livre, ici, quelques-uns de leurs retours :

Laure : « Tout est aussi limpide et intéressant que dans le premier opus. Bref, c’est très très bien ! »

Clotilde : « Je trouve ça hyper intéressant… je suis très impressionnée vraiment. Franchement c’est bien expliqué. C’est clair, pas compliqué. Tu sais que tous tes mots, je les ai lus avec tellement d’attention… Ça m’aide et me parle énormément. »

Sylvie : « Tu nous offres avec simplicité, point par point, le processus qui nous conduit de l’inconscience à la conscience. Tu nous fais comprendre clairement que nous avons tous les outils en nous pour avoir un regard différent sur nos problématiques et comment s’en libérer. J’ai une immense gratitude pour tes publications. J’ai hâte de découvrir d’autres sujets. »

Merci à vous les filles, vos mots me vont au droit au coeur ! ❤

Alors, cet ebook illustré de 8 pages est payant mais, pour son lancement, je fais une promo et vous l’envoie au tarif exceptionnel de 14,75 euros (19,75 euros) ! Et pour information, il y a aura un 3e ebook « Focus sur la reconstruction personnelle », actuellement en préparation, qui sera lui aussi au même tarif de lancement.

Je ne vous en dit pas plus sur le contenu de ces deux ouvrages… car je suis convaincue que pour amorcer un changement, pour s’investir pleinement, l’acte d’achat constitue le premier investissement qui va donner du sens à votre démarche. Il s’impose en levier de valeur face à vos résistances… En plus de votre volonté, il pose la première pierre du changement. 😉

En revanche, je vais vous raconter une anecdote plutôt édifiante sur les croyances limitantes :

Il y a quelques années, j’avais fait la connaissance d’une jeune femme commerçante avec laquelle j’avais tissé un lien « amical ». Nous étions tombées enceintes presqu’en même temps et nos enfants devaient naître avec peu de jours d’intervalle. Au fur et à mesure de nos échanges, je m’étais rendue compte que cette personne était très attachée aux apparences et à la matérialité. En cela, je ne juge pas, chacun ses choix.

Cependant, j’ai toujours été plus attachée aux personnes qu’à leurs possessions ou leurs caractéristiques physiques. Nous étions donc en décalage et je sentais bien que nos discussions devenaient parfois tendues du fait que je ne m’intéressais pas beaucoup à la dernière acquisition de marque qu’elle venait d’effectuer ou aux vacances « chères » qu’elle prévoyait d’organiser. J’étais plus sensible et plus attirée par son courage de femme jeune et chef d’entreprise ainsi que par les efforts qu’elle déployait sans cesse pour développer son affaire… pour réaliser ses rêves.

Or, un jour, alors que le malaise grandissait entre nous, elle m’avait appelée pour tenter d’y voir plus clair sur notre relation. Elle m’avait demandé, très ouvertement, de lui dire ce que je pensais d’elle et voulait avoir aussi mon retour sur ce que les gens du quartier pensaient d’elle. C’est à cet instant précis que j’ai compris qu’elle était beaucoup plus attachée à la perception qu’on avait d’elle qu’à sa propre estime d’elle-même.

Je lui ai donné ma réponse tout en sachant qu’elle aurait du mal à l’intégrer car non conforme à ses attentes. Je lui ai donc dit que je pensais qu’elle était courageuse d’avoir créé son entreprise comme elle l’avait fait et de s’investir aussi bien comme elle le faisait. Puis, concernant les gens du quartier, dont j’ignorais totalement les commentaires, je lui ai simplement répondu que certains devaient l’admirer, tout comme moi, pour son courage et sa ténacité. Que d’autres devaient peut-être la railler, par jalousie ou pour d’autres motifs personnels qui n’appartenaient qu’à eux. Et que d’autres encore devaient en avoir strictement rien à faire car totalement concentrés sur leurs propres affaires, leurs soucis, leur vie.

Vous avez compris ? J’ai pointé deux choses :

  • MA vision de ses forces, ce qui m’attirait vers elle et que je trouvais inspirant en elle. En bref, j’ai souligné ce qui pouvait maintenir une relation durable et épanouissante selon moi, entre elle et moi,
  • une vision « objective » des comportements humains et des différents schémas relationnels auxquels nous sommes TOUS exposés mais que nous avons le choix d’entretenir ou pas. Des relations qui n’ont que la VALEUR que nous voulons leur accorder. #CoucouLesCroyances… !

La relation entre elle et moi a fini par se dégrader complètement quand j’ai compris que cette personne continuaient d’alimenter ses croyances « limitantes » en :

  • dispensant des contre-vérités sur ma famille et moi auprès du voisinage,
  • enquêtant sur moi pour tenter de trouver des réponses qui justifiraient ses croyances.

J’ai donc mis un STOP définitif à cette relation qui n’était ni épanouissante, ni bienveillante pour moi. Je n’en veux pas à cette personne car ses croyances ne m’appartiennent pas. Mais je n’ai pas accepté la relation qu’elle me proposait car ancrée dans un jeu d’effet miroir inconscient mais surtout « limitant » (coucou l’ego !) qui ne me convenait pas.

Je vous en dit plus dans mon ebook « Focus sur le lâcher-prise » . Pour les modalités de règlement, merci de me contacter sur bonjourhdm@gmail.com.

Lâcher-prise, c’est tout l’enjeu du mieux-être. C’est conscientiser la part de RESPONSABILITÉ que nous avons dans le maintien de nos chaînes afin de pouvoir les lâcher. – Ombelline Robin.

Belle journée à vous toutes et tous !

Des baisers ensoleillés.

OR_Humeurdemoutard_LacherPrise