[DÉVELOPPEMENT PERSONNEL] Soyez bon ! … Comment ça « bon » ?

Bonjour à toutes et tous !

Comment allez-vous depuis ma dernière publication ? Bien j’espère… 🙂

Aujourd’hui, je voudrais aborder, avec vous, un thème très particulier. Ce thème fait référence au jugement, à la critique, à nos perceptions, à ce que nous rayonnons. C’est un thème qui n’est pas simple car je sais d’avance que certain.e.s d’entre vous ne seront pas d’accord avec ce que je vais écrire et s’opposeront probablement à cette explication avec mépris, colère ou aigreur. Mais, c’est OK. Chacun est libre de ses pensées et croyances. Chacun voit la vie et choisit, consciemment ou inconsciemment, d’expérimenter des relations ou des situations en fonction de ses propres perceptions et de ses propres repères. J’en profite pour faire une accolade un peu taquine à toutes ces croyances et pensées qui se sont forgées depuis notre enfance et qui s’emploient trop souvent à nous commander et nous diriger ! #HelloEgo !

– Le choc des Titans –

Alors pour commencer, vous allez sûrement me dire « mais quel rapport avec ton titre » ? Eh bien, lorsque nous commandons, conseillons ou encourageons une tierce personne à être « bonne » cela sous-entend que nous la jugeons et considérons qu’elle ne l’est pas assez, voire pas du tout… vis-à-vis de NOUS. Pourquoi ? Parce que nous avons tous en tête une idée, une croyance, une définition de ce que doit être « la bonté ». Nous traçons une ligne imaginaire dans notre tête avec, à ses deux extrémités, la notion de « bon » et de « mauvais ». Ou encore la notion de « bien » ou de « mal ». Ou encore la notion de « positif » ou de « négatif ». Ou encore la notion de « juste » ou d’ « injuste »… Bref, vous avez compris. Et derrière chacune de ces notions, nous y mettons nos propres valeurs, nos propres définitions, nos propres croyances. He oui ! Et que faisons-nous, ensuite, avec cette ligne ? Nous y ajoutons un curseur que nous déplaçons et figeons à une extrémité ou l’autre de cette ligne en fonction de nos perceptions, nos jugements, nos croyances sur chacune des relations que nous vivons, des situations que nous expérimentons ou des événements que nous traversons. Vous me suivez ? Nous commandons ou conseillons donc, à l’autre, de correspondre à « NOTRE idée » de ce que doit être « la bonté ». Nous demandons à ce qui est à « l’extérieur de soi » de se caler sur ce qui est « à l’intérieur de soi ».

Et là, PATATRAS ! Vous la sentez cette émotion désagréable qui monte au fond de vous ? Cette colère, cette peine, cette frustration, cette peur… Ce n’est pas grave, et surtout c’est OK. C’est comme une vague qui monte et qui va s’en aller ! Alors, on respire, on prend du recul et on analyse ce qui est en train de se passer. L’émotion désagréable que vous ressentez est un INDICATEUR ! C’est juste un clignotant sur votre tableau de bord… Ce n’est rien d’autre que cela. Donc, soufflez ! Tout va bien. 🙂

Zen !

Et maintenant, laissez-moi vous faire la visite guidée sur ce qui se passe en VOUS et AUTOUR DE VOUS. Vous devez d’abord comprendre et accepter l’idée fondamentale que vous ne pouvez pas changer ce qui est à l’extérieur de VOUS. Comme je l’ai expliqué dans mon précédent billet, c’est une croyance limitante, et donc génératrice de « souffrances », que de vouloir à tout prix que les autres avec lesquels vous entretenez des relations ou les expériences que vous vivez « s’adaptent » à vos raisonnements, vos attentes, vos exigences. Vous pouvez impulser, vous-même, un nouveau modèle de croyances par VOTRE exemple. Les conseils, VOS conseils, ne sont que des avis. Pourquoi, une tierce personne devrait suivre VOS conseils ? Parce que vous pensez être une « bonne personne » et qu’une « bonne personne » sait nécessairement ce qui est mieux pour les autres ? Mais quel est le rapport ? Avez-vous le même vécu ? Avez-vous traversé les mêmes épreuves ? Avez-vous reçu les mêmes enseignements ou la même éducation ? Avez-vous la même sensibilité ou les mêmes possibilités ? Avez-vous les mêmes croyances… ? 😉 Bien sûr que non. Nous sommes différent.e.s et cette différence est aussi ce qui fait notre richesse. Parce que c’est en allant justement confronter notre individualité aux autres que nous allons pouvoir NOUS tester dans notre propre capacité à AIMER.

Chabadabada…

Laissez-moi vous expliquer plus clairement les choses parce que je sais que pour certain.e.s d’entre vous ce n’est pas facile à comprendre. Les attentes que vous posez sur les autres ou les expériences désagréables que vous vivez ne reflètent que vos propres limites, vos propres manques ou votre propre insécurité intérieure. Et pour cause, cela vient de votre enfance ! C’est le résultat de vos repères cognitifs, de ceux que vous avez forgés depuis l’émotion très forte et très désagréable qui vous a saisi.e quand vous étiez petit.e alors que vous étiez confronté.e à une situation très difficile. Vous comprenez ? Alors quand une émotion désagréable vous étreint, prenez du recul et posez-vous simplement ces deux questions :

  1. Mon émotion soulève-t-elle une menace réelle (danger de mort) ou subjective (croyance limitante) ?
  2. Et derrière cette tension, quel est finalement mon besoin profond ?

Et là, permettez-moi de vous faire une révélation, un PRÉCIEUX cadeau. Parce que je sais que la réponse que vous allez trouver à la question n°2 n’a pas forcément de solution. Parce que vous dirigez, malgré vous, votre besoin à l’extérieur de vous : tels que le besoin de recevoir de l’amour, le besoin d’avoir l’admiration ou la considération des autres, le besoin d’avoir de l’argent, le besoin d’avoir des compliments, le besoin d’avoir tout un tas de choses… ! Voici donc mon cadeau : vous recherchez à combler un vide qui n’existe pas. Ce vide est subjectif ! Votre espace intérieur est déjà comblé. VOUS ÊTES DÉJÀ COMBLÉ. Vous avez une énergie qui vous est propre, vous avez de l’enthousiasme pour faire certaines choses qui vous attirent, vous avez un potentiel de compétences à découvrir et mettre en oeuvre… VOUS ÊTES ! Vous vous rendez compte, c’est incroyable, tout est déjà là en VOUS. Tout a toujours été là en vous à votre disposition ou tout juste prêt à éclore.

Enfin là, enfin LIBRE !

Alors peu importe ce que les autres pensent de vous, peu importe qu’ils ne soient pas d’accord avec vous, peu importe qu’ils vous critiquent ou vous jugent… parce qu’en réalité ils ne font que souligner les menaces qui les habitent EUX. Ils révèlent ainsi leurs propres attentes et leurs propres limites. Si vous ressentez une émotion désagréable lorsque l’on vous juge ou lorsque l’on vous critique… rendez-vous compte que vous laissez la croyance de l’autre déterminer qui vous êtes, vous lui remettez votre pouvoir « créateur » entre les mains et lui donnez une certaine forme d’ « autorité » sur vous. Pourquoi faire ça ? Vous n’êtes pas l’avis de cette personne. Vous n’êtes pas non plus ce qu’elle perçoit de vous… Vous êtes VOUS ! 😉

Quelle est donc la meilleure « conduite » à tenir face à de telles relations ? Et bien vous avez différents choix. Vous pouvez choisir de lutter « contre » tout en gardant à l’esprit que vos tentatives pour modifier la croyance de l’autre ne seront pas forcément fructueuses et ferez parfois le constat amer que vous avez renforcé sa croyance… Ou alors, vous pouvez choisir de LÂCHER-PRISE ! Tant pis… et même, TANT MIEUX ! Chacun expérimente des relations ou des expériences en fonction de ses propres perceptions et croyances… Alors, à quoi bon ! Lâcher-prise c’est aussi faire la paix avec son passé. C’est accepter que ce qui est fait ne peut pas forcément être défait, modifié ou réparé mais peut être dépassé voire transcendé… Et enfin c’est pardonner. C’est-à-dire « desserrer les dents » (merci au film « La Cabane » tiré du roman « The Shack » de William Paul Young pour sa fameuse illustration du pardon) et cesser de donner une emprise douloureuse sur soi à une épreuve passée.

On rayonne autour de soi ce que l’on est en soi. Si on est insécurisé, on percevra des menaces partout. Si on se mésestime, on cherchera l’amour ou l’affection des autres en se soumettant, malgré soi, aux exigences ou aux croyances de l’autre, ou bien, on rejettera carrément les autres.

Alors « soyez bon »…. selon qui, selon quoi… ? #MystèreEtBouledeGomme

Soyez surtout vous-mêmes et faîtes-vous confiance. Suivez votre chemin car je peux vous garantir que la vie vous apportera toutes les opportunités (succès ou épreuves) nécessaires pour vous aider à vous élever. Peut-être aurez-vous un jour le déclic, qui sait… Peut-être accepterez-vous l’idée que vous avez votre part de responsabilité sur le regard et la croyance que vous entretenez suite à une épreuve passée. Peut-être pourrez-vous alors avancer, enfin allégé.e, et mettre votre expérience au service des autres, de la collectivité. Une expérience qui au lieu de vous limiter fera à l’inverse LEVIER pour vous permettre de VOUS réaliser.

Vous êtes votre propre soleil…

Et au besoin, faîtes-vous aider soit par un coach soit par un thérapeute de votre choix qui saura vous guider avec bienveillance et respect. Un accompagnement personnalisé que je me propose de vous apporter en privé. Si tel est votre souhait, contactez-moi, dès aujourd’hui, sur ma messagerie privée bonjourhdm@gmail.com ! ❤

Je vous souhaite une belle soirée, confiante dans la vie et dans notre capacité à TOUTES et TOUS à pouvoir AIMER.

Des baisers.

Ombelline

Publicités

[DÉVELOPPEMENT PERSONNEL] Lancement de mon 2e ebook « Focus sur le lâcher-prise »

Bonjour tout le monde !

Encore merci à tous ceux et celles qui ont demandé à recevoir mon ebook « Evoluer en conscience » . Je rappelle qu’il est gratuit et que vous pouvez me le demander par mail sur bonjourhdm@gmail.com.

Voici donc mon nouvel ebook « Focus sur le lâcher-prise » . Un ouvrage de 8 pages dans lequel je vous livre une méthode efficace à mettre en pratique pour vous délester de vos difficultés et donc de vos croyances limitantes.

FocussSurLeLacherPrise_OmbellineRobin_Humeurdemoutard

Pour bien faire, pour bien comprendre le processus, j’appuie donc ma réflexion et mes propositions d’action sur une liste de clés que j’ai nommées mes « flashlight tools© » , autrement dit mes outils lampe de poche ! Et pour cause, c’est assez « éclairant » ! Vous verrez… 😉

Quelques unes d’entre vous ont déjà eu la chance de lire cet ouvrage. Je vous livre, ici, quelques-uns de leurs retours :

Laure : « Tout est aussi limpide et intéressant que dans le premier opus. Bref, c’est très très bien ! »

Clotilde : « Je trouve ça hyper intéressant… je suis très impressionnée vraiment. Franchement c’est bien expliqué. C’est clair, pas compliqué. Tu sais que tous tes mots, je les ai lus avec tellement d’attention… Ça m’aide et me parle énormément. »

Sylvie : « Tu nous offres avec simplicité, point par point, le processus qui nous conduit de l’inconscience à la conscience. Tu nous fais comprendre clairement que nous avons tous les outils en nous pour avoir un regard différent sur nos problématiques et comment s’en libérer. J’ai une immense gratitude pour tes publications. J’ai hâte de découvrir d’autres sujets. »

Merci à vous les filles, vos mots me vont au droit au coeur ! ❤

Alors, cet ebook illustré de 8 pages est payant mais, pour son lancement, je fais une promo et vous l’envoie au tarif exceptionnel de 14,75 euros (19,75 euros) ! Et pour information, il y a aura un 3e ebook « Focus sur la reconstruction personnelle », actuellement en préparation, qui sera lui aussi au même tarif de lancement.

Je ne vous en dit pas plus sur le contenu de ces deux ouvrages… car je suis convaincue que pour amorcer un changement, pour s’investir pleinement, l’acte d’achat constitue le premier investissement qui va donner du sens à votre démarche. Il s’impose en levier de valeur face à vos résistances… En plus de votre volonté, il pose la première pierre du changement. 😉

En revanche, je vais vous raconter une anecdote plutôt édifiante sur les croyances limitantes :

Il y a quelques années, j’avais fait la connaissance d’une jeune femme commerçante avec laquelle j’avais tissé un lien « amical ». Nous étions tombées enceintes presqu’en même temps et nos enfants devaient naître avec peu de jours d’intervalle. Au fur et à mesure de nos échanges, je m’étais rendue compte que cette personne était très attachée aux apparences et à la matérialité. En cela, je ne juge pas, chacun ses choix.

Cependant, j’ai toujours été plus attachée aux personnes qu’à leurs possessions ou leurs caractéristiques physiques. Nous étions donc en décalage et je sentais bien que nos discussions devenaient parfois tendues du fait que je ne m’intéressais pas beaucoup à la dernière acquisition de marque qu’elle venait d’effectuer ou aux vacances « chères » qu’elle prévoyait d’organiser. J’étais plus sensible et plus attirée par son courage de femme jeune et chef d’entreprise ainsi que par les efforts qu’elle déployait sans cesse pour développer son affaire… pour réaliser ses rêves.

Or, un jour, alors que le malaise grandissait entre nous, elle m’avait appelée pour tenter d’y voir plus clair sur notre relation. Elle m’avait demandé, très ouvertement, de lui dire ce que je pensais d’elle et voulait avoir aussi mon retour sur ce que les gens du quartier pensaient d’elle. C’est à cet instant précis que j’ai compris qu’elle était beaucoup plus attachée à la perception qu’on avait d’elle qu’à sa propre estime d’elle-même.

Je lui ai donné ma réponse tout en sachant qu’elle aurait du mal à l’intégrer car non conforme à ses attentes. Je lui ai donc dit que je pensais qu’elle était courageuse d’avoir créé son entreprise comme elle l’avait fait et de s’investir aussi bien comme elle le faisait. Puis, concernant les gens du quartier, dont j’ignorais totalement les commentaires, je lui ai simplement répondu que certains devaient l’admirer, tout comme moi, pour son courage et sa ténacité. Que d’autres devaient peut-être la railler, par jalousie ou pour d’autres motifs personnels qui n’appartenaient qu’à eux. Et que d’autres encore devaient en avoir strictement rien à faire car totalement concentrés sur leurs propres affaires, leurs soucis, leur vie.

Vous avez compris ? J’ai pointé deux choses :

  • MA vision de ses forces, ce qui m’attirait vers elle et que je trouvais inspirant en elle. En bref, j’ai souligné ce qui pouvait maintenir une relation durable et épanouissante selon moi, entre elle et moi,
  • une vision « objective » des comportements humains et des différents schémas relationnels auxquels nous sommes TOUS exposés mais que nous avons le choix d’entretenir ou pas. Des relations qui n’ont que la VALEUR que nous voulons leur accorder. #CoucouLesCroyances… !

La relation entre elle et moi a fini par se dégrader complètement quand j’ai compris que cette personne continuaient d’alimenter ses croyances « limitantes » en :

  • dispensant des contre-vérités sur ma famille et moi auprès du voisinage,
  • enquêtant sur moi pour tenter de trouver des réponses qui justifiraient ses croyances.

J’ai donc mis un STOP définitif à cette relation qui n’était ni épanouissante, ni bienveillante pour moi. Je n’en veux pas à cette personne car ses croyances ne m’appartiennent pas. Mais je n’ai pas accepté la relation qu’elle me proposait car ancrée dans un jeu d’effet miroir inconscient mais surtout « limitant » (coucou l’ego !) qui ne me convenait pas.

Je vous en dit plus dans mon ebook « Focus sur le lâcher-prise » . Pour les modalités de règlement, merci de me contacter sur bonjourhdm@gmail.com.

Lâcher-prise, c’est tout l’enjeu du mieux-être. C’est conscientiser la part de RESPONSABILITÉ que nous avons dans le maintien de nos chaînes afin de pouvoir les lâcher. – Ombelline Robin.

Belle journée à vous toutes et tous !

Des baisers ensoleillés.

OR_Humeurdemoutard_LacherPrise

[DIY] Le mangeur de colère©

Depuis quelques temps, mon quatrans nous fait quelques belles colères. Submergés par ses émotions et dans l’incapacité encore de se raisonner [MERCI à la pédiatre Catherine Gueguen pour ses explications scientifiques très explicites et très claires sur le développement du cerveau de l’enfant], j’ai ressorti une boîte à colère un peu spéciale que j’avais créée lorsque mon fils avait 18 mois… Un « mangeur » de gribouillis tristes ou pleins de colère pour apaiser les petits esprits. Depuis, mon fils a pris l’habitude de lui donner « à manger » ses débordements de temps en temps.

Nota Bene : ATTENTION car ce « Mangeur de colère » est copyrighté. Merci de citer mon billet + lien + le nom de mon blog en référence pour toute utilisation publique ou relais « médiatisés » (Presse, blogs, forums, TV, éditions diverses, plateformes vidéos…).
Réf. Code de la Propriété intellectuelle et du Droit d’auteur.

Voici LE MANGEUR DE COLÈRE© :

Le mangeur de colère - by Humeur de moutard
Le mangeur de colère - Humeur de moutard

Pour réaliser cette boîte à colère, il vous faut :

1- une belle chute de carton ou une boîte en carton,
2- une feuille blanche,
3- des ciseaux,
4- du scotch,
5- des crayons de couleur,
6- 3 rouleaux de masking tape : j’ai choisi un noir, vert et rose.

La méthode :

Vous pliez et scotchez votre morceau de carton jusqu’à obtenir une boîte rectangulaire ouverte sur le dessus. Sur le dessus, vous découpez les bords du carton en bandes fines régulières de sorte à former les cheveux. Vous scotchez une feuille blanche (comme sur la photo) tout autour de la boîte en découpant tout ce qui dépasse. Ensuite, vous collez des morceaux de masking tape de sorte à former les yeux et le nez. Vous découpez une ouverture pour la bouche et la cerclez de masking tape pour former les dents et les lèvres. Enfin, vous finaliser les détails du visage à l’aide des crayons de couleur et découpez des morceaux de papiers sur lesquels vos enfants pourront gribouiller leurs contrariétés. Le mangeur de colère est fin prêt à dévorer tous les soucis de vos minis.

Retrouvez tous nos DIY dans la rubriques Les bidouilles à bibi.