La cuisson.

Ouf, c’est le week-end !

On se détend et on fait le bilan de cette première semaine ?

De notre côté, tout s’est très bien passé. Le cinquans-et-demi est ravi, il adore sa maîtresse et a retrouvé ses amis. Et puis, les grands-parents paternels du titi sont venus passer quelques jours chez nous pour soutenir leur petit-fils chéri. Nous avons alors passé trois jours ensemble sous le regard bienveillant du mini qui s’est appliqué à prendre soin de sa mamie et de son papi à sa manière. Des petites attentions charmantes et parfois amusantes comme cette fois où il a voulu servir à dîner à son papi…

– Le petit-fils :

Papi, tu veux un steak feignant ?

< Les steaks d’aujourd’hui c’est plus que c’était ! >

SteackHache_Humeurdemoutard

Les quatre saisons.

Dernièrement, le cinquans et demi nous a beaucoup amusés avec de drôles de sorties en comparant des choses qui ne sont pas comparables, en se trompant d’expression ou en allant même jusqu’à mélanger des mots. Et même si son père et moi rions souvent de ces petites maladresses, le titi ne se décourage pas pour autant et continue de nous divertir en suivant son inspiration du moment…

Et voilà que pas plus tard que vendredi dernier, fier de savoir que l’année prochaine il rentrera au CP, il se met en tête de partager avec moi le savoir qui lui a été enseigné au cours des ces trois dernières années.

– Le fils : « Et bien moi, je connais AUSSI les quatre saisons ! Tu veux savoir ? »

– La mère : « Ah oui, vas-y mon chéri, je t’écoute ! »

– Le fils : « Hiveeeer… Heu… Automne ! Heuu… (silence)… P…P… Prin-temps !!… Et… Heuuu………………. »

– La mère : « Mais si tu le sais ! C’est la saison que nous traversons en ce moment même ! La saison la plus chaude de l’année. »

– Le fils : « CANICULE !!! »

< Heu ! Bon alors, un peu moins chaud quand même…  >

Canicule_Humeurdemoutard

Même pas peur.

Un soir de semaine, mon fils de cinq ans demande à son père de lui mettre un film d’animation à la télévision. Le père accepte tandis que mon titi s’installe confortablement, entre deux coussins, dans le canapé.

Plus le film avance, plus mon titi rentre dans l’histoire. Et alors qu’il est totalement pris dans le feu de l’action, voilà que survient le moment dramatique du film. Le fiston plein d’émotions attrape un coussin, à côté de lui, et commence à le porter tout doucement à la hauteur de son visage pour se cacher derrière. Puis, il le soulève de temps en temps pour regarder par en dessous, en le maintenant à moitié en équilibre entre le sommet de son crâne et son front.

– La mère : « Bah alors, tu as peur mon doudou ? »

– Le fils : « Non, j’essaie de me faire un petit chapeau ! »

< Mais c’est bien sûr… >

lechapeau1_humeurdemoutard

Le monstre #2.

Une nuit, en pleine semaine, le fiston de 4 ans et demi m’appelle depuis son lit. Il est à peu près 5H30 du matin, l’appartement semble calme et serein, et pourtant…

– Le fils : « Maman !!! J’ai peur, y a un monstre !!! »

– La mère à moitié endormie depuis son lit : « Un monstre ? T’es sûr ? »

– Le fils : « Oui !! Viens voir ! »

– La mère sceptique pas décidée à quitter son lit : « Mais, il ressemble à quoi ton monstre ? »

– Le fils apeuré : « À une ligne ! »

< Une LI-GNE…………………… !!! >

Nota Bene : Si ton mini à toi aussi te réveille à 5 heure et demi, parce qu’il a peur d’une ligne, fais-moi signe. Parce que là, j’hallucine.

lemonstreligne_humeurdemoutard

Le grand coeur.

Un soir de la semaine dernière, le père est allé chercher notre titi de 4 ans et demi à la sortie de l’école. Ils adorent revenir ensemble à pied et discuter de leurs affaires de garçons. Ils en profitent souvent pour faire un détour par le magasin Micromania ou le rayon des jouets de Monoprix. Le père en profite alors pour raconter des petits bouts de son enfance à notre fiston tout lui faisant connaître certaines de ses passions d’alors.

Et le fils savoure ces moments privilégiés avec son papa adoré. Quand tout à coup, il réfléchit et dit à son père cette petite phrase qui lui remplit le coeur de lumière…

– Le fils :

Tu sé papa, j’aimerais acheter un papa comme toi pour le donner aux enfants qu’ont pas de papa… Mé toi, je te garde hein !

< Cette petite phrase pleine d’amour qui nous accompagnera toujours. >

offrirunpapa_humeurdemoutard

La piqûre.

Lors de nos vacances en Bretagne, le père, notre quatrans et demi et moi avons été souvent piqués par les moustiques. Tant et si bien, que tous les matins, nous avions pris l’habitude de recenser nos nouvelles piqûres tout en se réconfortant autour de nos délicieuses tartines de confiture.

Et voilà qu’un après-midi, avant d’appliquer de la crème solaire à mon titi, ce dernier insiste pour que je jette un coup d’oeil à son tout dernier bouton…

– Le fils : « J’ai un nouveau bouton de moustique, regarde maman ! »

– La mère : « Bah je vois rien non, c’est bon… »

– Le fils contrarié : « MAIS c’est parce qu’il a piqué sur MON squelette ! »

< Suis-je bête… >

13898363_10155125213104937_789266323_o

Être papa.

Un soir de semaine, mon quatrans et demi est attablé tranquillement en train de dîner. Son père et moi discutons de parentalité, de l’éducation que nous avons reçue, de celle que nous avons choisie de transmettre… devant notre mini tout à fait perplexe.

– La mère : « Et toi mon titi, tu seras comment quand tu seras un papa ? »

– Le fils après une bonne minute de réflexion : « Z’aurais un nez, une bouche, des zieux, des oreilles, des cheveux, des jambes, des genoux, des pieds, des doigts, des mains, des bras, des épaules, un ventre, des fesses, une barbe, un cou, un menton, un dos, des zongles… »

< C’est si simple finalement. 😉 >

papa_humeurdemoutard