[DIY] Le cadeau de fin d’année « Merci Maîtresse »

L’an passé, mon quatrans et demi était en petite section de maternelle. C’était donc sa toute première année d’école, sa toute première année en collectivité. Aussi, quand la fin de l’année scolaire a sonné, j’ai voulu mettre en pratique quelques petits travaux créatifs et d’approche à la lecture qu’il avait acquis en classe, à travers le cadeau destiné à sa maîtresse et son ATSEM, afin de les remercier pour l’accompagnement apporté. Des petits cadeaux fabriqués « maison » sur le thème des étoiles, telles des guides sur le chemin de la connaissance.

Voici LE CADEAU DE FIN D’ANNÉE « MERCI MAÎTRESSE » :

1- Le pendentif étoilé :

Diy pendentif étoilé - par Humeur de moutard

Diy pendentif étoilé - by Humeur de moutard

Pour réaliser ce pendentif, il vous faut :

1- de la pâte durcissante à l’air (ou de la pâte à sel),
2- un motif étoilé en relief (ou creux),
3- un « emporte-pièce » en forme d’étoile pour délimiter la forme de votre motif,
4- une grosse aiguille pour faire le(s) trou(s) où vous passerez ensuite votre fil,
5- une boîte de peinture à l’eau et un pinceau,
6- du vernis incolore,
7- des ciseaux,
8- du fil « câble » à collier,
9-des perles fines en métal à écraser,
10- une pince.

La méthode :

Étaler la pâte sur une surface plate en prenant soin de lui donner un peu d’épaisseur. « Apposer » votre motif étoilé sur la pâte et détacher ensuite votre motif avec l’emporte-pièce. Faire un trou ou deux avec une grosse aiguille afin d’y passer le fil plus tard. Laisser sécher 24h. Une fois sec, peindre le motif dans la couleur de son choix et laisser sécher. Une fois sec, vernir le motif. Pendant que le vernis sèche, couper un fil de câble suffisamment long pour pouvoir l’enfiler par la tête une fois les deux extrémités reliées entre elles. Enfiler ensuite le fil dans le(s) trou(s) du motif et fermer le collier à l’aide des petites perles que vous écraserez à la pince afin de maintenir les deux extrémités attachées entre elles.

< Et voici un pendentif unique et fait-main qui a été fortement bien accueilli par la maîtresse et l’ATSEM. >

2- Le carnet personnalisé  :

Étapes de réalisation du Cadeau "Merci Maîtresse" - by Humeur de moutard

Cadeau "Merci Maîtresse" by Humeur de moutard

Pour réaliser ce joli carnet étoilé, il vous faut :

1- 2 carnets de poche noirs (un pour la maîtresse, un pour l’ATSEM),
2- du masking tape (différents coloris ou motifs),
3- des stickers en forme d’étoiles (ceux-ci viennent de Monoprix),
4- des ciseaux,
5- un stylo.

La méthode :

Faire déballer les carnets et stickers par votre enfant (mon troizans et demi développe encore sa motricité fine, cet exercice l’amuse toujours). Aidez-le à positionner les bandes de masking tape dans le sens de la diagonale sur les carnets au recto et au verso. Laissez-le positionner et coller les étoiles avec la consigne de ne pas déborder sur le masking tape. Et terminez simplement en écrivant « Merci Maîtresse et Merci Sophie (l’ATSEM) » sur le devant de chaque carnet.  À l’intérieur de chaque carnet, pensez à préciser le prénom et nom de votre enfant ainsi que l’année en cours.

< Simple et efficace, ces carnets colorés ont également fait leur petit effet. >

3- La petite carte d’accompagnement :

Cadeau_Maîtresse_Humeurdemoutard

Pour réaliser cette carte message, il vous faut :

1- une feuille Canson de couleur,
2- un ordinateur,  
3- une imprimante couleur,
4- des feuilles blanches,
5- une perforette en forme d’étoile,
6- des ciseaux,
7- de la colle.

La méthode :

J’ai préalablement ouvert un document Word sur mon ordinateur où j’ai saisi les deux messages destinés à la maîtresse et à l’ATSEM :

« Choisissez une étoile, ne la quittez pas des yeux. Elle vous fera avancer loin, sans fatigue et sans peine. Alexandra David-Néel.

Merci Maîtresse d’avoir été l’étoile qui a guidé mes premiers pas sur le chemin de la connaissance. »

Puis j’ai saisi deux fois, en majuscules, les lettres du prénom de mon fils. J’ai également intégré dans le document quelques photos des différentes étapes de fabrication des cadeaux. J’ai imprimé le tout sur des feuilles blanches et j’ai découpé les photos, les deux textes et chaque lettre du prénom de mon mini individuellement. J’ai ensuite découpé une feuille rouge Canson (format A4) en deux dans le sens de la largeur. Et j’ai plié en deux chacun des morceaux obtenus. J’ai demandé à mon fils de répartir et coller les photos, les textes et les lettres de son prénom dans le bon ordre sur chaque « carte ». A l’aide de la perforette en forme d’étoile, j’ai demandé à mon loulou de réaliser plein de petites étoiles à glisser dans les deux cartes. Puis nous avons glissé les cadeaux et les cartes dans deux pochettes « cadeaux ».

< Les cartes messages associées aux petits cadeaux étoilés ont touché le coeur de la maîtresse et de l’ATSEM. Ce qui a fait la très grande fierté de mon mini. >

Fetedelecole_humeurdemoutard

 Retrouvez tous nos DIY dans la rubrique Les bidouilles à bibi.

Publicités

[DIY] La tour de garde de Playmobil

En fin de week-end, mon quatrans me sollicite souvent pour faire un atelier bricolage. Ce petit moment, que nous partageons quelque fois ensemble, fait désormais partie de ses rituels favoris nous permettant ainsi de passer du temps rien que tous les deux, de construire quelque chose ensemble et de s’émerveiller devant le résultat de nos envolées bricoleuses. Ce dimanche, nous avions peu de temps avant l’heure du bain quand mon mini vint me solliciter pour fabriquer un nouvel objet. Je réfléchis en faisant l’inventaire dans notre grand sac de matières premières et lui proposa « une tour de garde » pour ses chevaliers Playmobil.

Voici LA TOUR DE GARDE DE PLAYMOBIL :

12517148_10154706164699937_384272355_o

12887547_10154706108339937_797006892_o

12887327_10154706109844937_200992755_o

Pour réaliser cette tour de garde de Playmobil, il vous faut :

1- 1 grande chute de carton ou une boîte en carton,
2- un cutter,
3- du masking tape,
4- des ciseaux,
5- des pochoirs « chevaliers » (de la marque Avenue Mandarine),
6- des gommettes et stickers,
7- des feutres de couleur.

La méthode :

L’idéal est de travailler d’abord à plat pour les découpes et la décoration de la tour. J’ai donc utilisé deux morceaux de carton de 25 cm de hauteur dont l’un de 11 cm de largeur et l’autre de 33 cm de largeur (et donc de 11 cm quand je l’ai plié en 3). J’ai d’abord découpé au cutter les créneaux (2 cm de hauteur) sur le haut de la tour et ensuite les ouvertures (1 fenêtre sur chaque face sauf la dernière ou j’ai créé une porte un peu plus haute qu’un Playmobil). Nous avons ensuite positionné les pochoirs sur chaque face et j’ai laissé mon mini colorier les espaces vides des pochoirs. Puis, nous avons complété notre décor à l’aide de gommettes et stickers divers. Enfin, j’ai assemblé le tout à l’aide de masking tape. Et j’ai terminé la tour en créant et fixant, à l’aide de making tape, une petite plateforme à l’intérieur près des créneaux afin de permettre à mon quatrans d’y positionner ses chevaliers Playmobil.

< Compter environ 35 minutes pour cet atelier en duo parent-enfant. Une activité ludique et source de grande satisfaction pour les mini(e)s et leur imagination. >

12894502_10154706108544937_1169451007_o

Retrouvez tous nos DIY dans la rubriques Les bidouilles à bibi.

[DIY] Épeler et mémoriser les lettres de son prénom

Au Printemps 2015, alors que le mini était en petite section de Maternelle et commençait à devoir reconnaître les lettres de son prénom, j’ai cherché un moyen ludique et pédagogique de l’aider dans son apprentissage. J’ai alors trouvé deux idées originales et efficaces. La première consistait en une chanson personnalisée et facile à retenir. Je vous explique cela juste après. L’autre idée faisait appel à la concentration et à la créativité du fiston. (Re)Découvrons cette activité ensemble.

Voici comment ÉPELER ET MÉMORISER LES LETTRES DE SON PRÉNOM :

1. La chanson personnalisée :

Afin d’aider le fiston alors âgé de 3 ans à progresser et lui permettre d’épeler correctement son prénom, j’ai d’abord inventé une petite chanson qui reprend toutes les lettres de son prénom ainsi que son prénom.

La méthode :

– Choisissez un air connu de dessin animé ou de comptine facile à se rappeler.
Exemple : Si le prénom de votre enfant comporte 5 lettres, partez sur le refrain « Bouba Le Petit Ourson » chanté par Chantal Goya.

– Remplacer le prénom du personnage par celui de votre enfant.
Exemple : Au lieu de « Bouba, Bouba… », dîtes alors « Marin, Marin… »

– Et terminer le refrain en épelant chaque lettre du prénom.
Exemple : Remplacez « …mon petit ourson. » par « …M-A-R-I-N. ».

– Enfin chantez deux fois d’affilée ce nouveau refrain en baissant le ton tout à la fin comme on termine une chanson.
Exemple : « Marin, Marin, M-A-R-I-N », « Marin, Marin, M-A-R-I-N ! ».

Vous pouvez bien sûr choisir la chanson de votre choix pourvu que l’air soit facile à retenir et que le prénom et les lettres du prénom de votre enfant puissent être prononcés distinctement.

2. L’activité créative :

Matériel pour décorer les lettres - Humeur de moutardLettres décorées by Humeur de moutard

Pour décorer vos lettres, il vous faut :

1- des lettres en bois ou papier mâché (celles-ci viennent de Graphigro),
2- du masking tape (différents coloris ou motifs),
3- des stickers (ceux-ci viennent de Monoprix),
4- des ciseaux,
5- des feutres ou de la peinture…,
6- de la pâte à fixe pour fixer vos lettres au mur.

La méthode :

J’ai d’abord emmené mon mini avec moi, chez Graphigro, où je lui ai fait choisir les lettres de son prénom en les identifiant et en l’invitant à les nommer tour à tour. Une fois à la maison, nous avons pris tout notre matériel de décoration et avons posé les lettres en vrac sur une table. Le troizans, inspiré et motivé, a d’abord pris l’initiative de les remettre dans le bon ordre (à force d’avoir mémorisé/photographié dans son esprit l’orthographe de son prénom à l’école, il n’a pas trop hésité) et je l’ai encouragé une nouvelles fois à les nommer. Enfin, nous avons choisi un type de décoration pour chaque lettre et avons travaillé ensemble à leur donner de belles couleurs vives et stimulantes.

< Ce travail minutieux a permis à mon troizans de nommer plusieurs fois chaque lettre, de s’approprier l’exercice depuis l’achat des lettres, de s’impliquer dans leur mise en forme et en valeur… En d’autres termes de mobiliser le plus de sens possibles (vue, ouïe, toucher…) dans la mémorisation de son prénom de façon ludique et pédagogique. Cette activité permet également de développer la motricité fine. >

Plutôt facile, non ? Maintenant, à vous de jouer ! 😉

Retrouvez tous nos DIY dans la rubrique Les bidouilles à bibi.

[DIY] Le train de la semaine

Il y a quelques mois, je cherchais une astuce pour aider mon quatrans à retenir les jours de la semaine. Et j’ai trouvé sur le web une idée tout à fait extra, simple et ludique pour les enfants : le train de la semaine où chaque jour est représenté par un wagon.

Voici LE TRAIN DE LA SEMAINE :

Le train de la semaine by Humeur de moutard

Pour réaliser ce train de la semaine, il vous faut :

1- une imprimante couleur et une feuille de papier blanc format A4,
2- un motif aimanté,
3- des aimants fantaisie.

La méthode :

Téléchargez ici le modèle qui correspond à l’emploi du temps de votre enfant. Prenez un aimant et personnalisez-le en dessinant un petit bonhomme ou smiley que vous collerez dessus. Poser la feuille imprimée sur la porte de votre frigo puis fixez-la à l’aide des aimants fantaisie. Et permettez enfin à votre enfant de faire glisser chaque jour l’aimant « petit bonhomme » sur le wagon suivant.

Visualisez ci-dessous les 3 modèles de « train de la semaine » mis à votre disposition en téléchargement gratuit :

Modèle 1 : pas d'école le mercredi

Modèle 1 : pas d’école le mercredi

Version 2 : école le mercredi matin

Modèle 2 : école le mercredi matin

Modèle 3 : école le mercredi matin et centre de loisirs le mercredi après-midi

Modèle 3 : mercredi, école le matin et centre de loisirs l’après-midi

< Bravo et merci à Chocolat et scoubidou pour cette idée de train que j’ai remanié à ma façon pour le plaisir de mon petit garçon ! 😉 >

Retrouvez tous nos DIY dans la rubrique Les bidouilles à bibi.

[PARENTALITÉ] Une nouvelle rentrée des classes.

Nous y sommes, J-1 ! Je viens de terminer de marquer les affaires de mon troizans-et-demi, son cartable est bouclé et bien rempli et son armoire aussi. J’ai hâte d’être à demain. J’ai le sentiment que cette journée se passera merveilleusement bien.

Alors d’accord, ce n’est pas la première rentrée de mon mini, mais comme il change d’école, c’est un peu comme si. Mais nous avons déjà fait connaissance avec la maîtresse, nous avons visité l’école, rencontré d’autres parents tous bienveillants, nous sommes donc rassurés et abordons cette rentrée avec beaucoup plus de sérénité que l’an passé.

L’an passé. La toute première rentrée du fils unique, autrement dit l’enfant sacré. Et donc un plongeon pour nous, ses parents, en arrière dans nos propres rentrées scolaires. Que d’anxiété. On voudrait presque prendre la place de notre enfant ou rester avec lui toute la journée. Mais on doit le laisser. Alors on chemine vers l’école avec un fiston tout excité qui court sur le trottoir pour arriver le premier. On sourit. On se regarde étonné. On espère très fort que cet enthousiasme va durer. Puis on rentre dans l’école, on pénètre dans la classe. On voit tous ces parents, comme nous, égarés et inquiets. On reconnaît aussi les autres coutûmiers du fait, parents d’enfants plus grands et déjà scolarisés depuis un petit bout de temps. On ouvre des yeux écarquillés sur toute cette nouveauté, les livres, les jeux, les inscriptions sur le tableau ou les murs de l’entrée. On voudrait glisser un ou deux mots à la maîtresse et son ATSEM déjà bien occupées. On observe son enfant, on lui parle doucement. On le rassure tout en tâchant de se rassurer.

Puis le temps est venu de quitter la classe. On répète à son petit qui viendra le chercher. On lui rappelle de bien aller aux toilettes et de ne pas s’oublier. On l’embrasse au milieu des autres enfants qui commencent à pleurer. La tension monte d’un cran et votre petit le sent. Alors on s’éloigne gentiment, le coeur serré, la gorge nouée. Votre mini vous suit et l’ATSEM le rattrape tout en essayant de l’apaiser. Elle le sert contre elle, lui sourit et l’asseoit à côte des autres sur les bancs de la classe. La porte se referme. L’heure de l’école a sonné.

On sort de l’école un peu chamboulé. On réalise alors que la rentrée est passée. On est heureux, inquiet, nostalgique et aussi plein d’espoir pour l’avenir de son petit. On va boire un café, on raconte des banalités. Puis on commence également sa journée, sans lui, on appelle la famille et parfois quelques ami(e)s. On se repasse les photos de la matinée enregistrées dans son portable. On compte les heures, les minutes en essayant de ne pas trop y penser. Puis, vient le moment d’aller le chercher.

On récupère son petit « grand » plutôt content. On lui pose quelques questions. On obtient peu de reponses. On devine alors que l’école sera pour lui un peu comme un jardin secret. En fin de journée, on décide d’aller se détendre au parc. On le laisse jouer en le regardant un peu différemment. On le trouve changé. On le trouve grand. On se dit que le bébé est parti et qu’on est désormais le parent d’un tout jeune écolier. Et ainsi s’écoule une année.

Voilà enfin sa deuxième rentrée. Comme vous le voyez, je n’ai rien oublié. Tout est resté gravé. Je ne suis plus la « débutante » de l’an passé. Je suis aujourd’hui pleinement rassurée même si la nouvelle école représente une nouveauté. J’ai confiance. Je me sens apaisée. Je vois mon petit écolier tout aussi ravi et pressé. Tout va bien. Ce sera une bonne rentrée.

Courage à tou(te)s les débutant(e)s et clin d’oeil à tou(te)s les habitué(e)s.

Une merveilleuse rentrée à vous avec plein de jolis souvenirs.

Une pensée émue pour TOUS vos petits ou grands écoliers.

Matériel scolaire by Humeur de moutard

Ô Rage Ô Désespoir – Acte 5

Depuis que mon loulou de 2 ans et demi est entré en maternelle, je dois avouer que mon coeur de maman a souvent sursauté ! Entre les bleus, les griffures et les morsures, l’addition de la journée se fait de plus en plus salée… Mais le mini n’en semble pas du tout gêné.

Aussi, un soir, au moment du coucher, je décide de lui lire le livre « L’école maternelle » (de la collection « Mes p’tits docs » – Éditions Milan). Et je m’arrête sur la page où les enfants sont en récré. C’est l’un des rares livres que j’ai trouvé où l’on voit deux moutards qui se bagarrent en train de se faire disputer par l’enseignante.

J’explique donc au fiston que la bagarre est INTERDITE sous peine d’être réprimandé voire même puni par la maîtresse. Je lui dis que c’est mal, qu’on ne doit ni donner des coups, ni en recevoir.

Réaction du fils : bouche en accent circonflexe, lèvre inférieure tremblante et larmichettes de dépit.
Durée : 10 minutes [mon record] de réconfort mêlé d’explications sur l’importance de ne pas taper.

Une fois apaisé, j’embrasse le loulou et m’apprête à quitter sa chambre quand il m’interpelle depuis son lit…

– Le fils sur un ton enjoué :

Maman… bagarre ?

< Et c’est reparti pour un tour… [fatiguée, snif !] >

Bagarre_Humeurdemoutard

A la Maternelle – épisode 2

Un soir après l’école, je demande à mon loulou de 2 ans et demi de me raconter le programme de sa journée. En quelques mots, il me fait comprendre qu’il a fait de la « peintouch » (NDLR : « peinture »), qu’il a joué aux « légos », qu’il a fait des « chanchons » (NDLR : « chansons ») et qu’il a compté. Il m’offre même une démonstration…

– Le fils sérieusement concentré, en comptant sur ses doigts :

An, do, twa, disse, disse, DISSE !!!

(NDLR : « Un, deux, trois, dix, dix, DIX !!! »)

Large sourire de vainqueur.

< Et ouais, mon fils sait compter jusqu’à 10 ! >

Victoire_Humeurdemoutard