[PARENTALITÉ] Cette maman là…

Je me souviens d’un jour, dans la cour de récréation de mon ancienne école élémentaire, où je discutais avec mes copines de nos rêves, nos désirs, nos ambitions pour l’avenir. Chacune de nous avait alors évoqué le souhait de devenir maman. Chacune de nous avait même abordé l’idée d’avoir au moins deux enfants. Nous étions alors très jeunes mais déjà pleines de certitudes. Enfin… toutes mes copines, sauf moi.

En vérité, j’avais le même désir qu’elles mais le doute immense d’y parvenir un jour. D’avoir la possibilité de fonder une famille, de connaître ce sentiment inouï, cette avalanche de bonheur, cet état de plénitude intense… Je n’étais pas du tout confiante. Non. J’avais même peur que jamais ne vienne mon heure d’être maman. C’est fou n’est-ce-pas ? Si jeune et déjà si incertaine… Et pourtant, je l’étais. Je me voyais alors plutôt très impliquée dans mon boulot avec de grandes responsabilités. Je me voyais mener une carrière brillante et être très respectée. Ça, je n’en ai jamais douté.

Et puis, mon chemin s’est petit à petit tracé. J’ai beaucoup travaillé, je me suis énormément impliquée. J’étais passionnée par mon métier, la publicité. Et puis, j’ai progressé. On m’a confié des postes clés. J’étais galvanisée, mes succès me nourrissaient. Et je crois bien avec du recul qu’il n’y a pas une personne dans mon entourage pro ou perso qui ne croyait pas en ma capacité à réussir. Tous y compris moi pensions que ma carrière était tracée. Et que j’allais tout déchirer.

humeurdemoutard4

En réalité, plus j’avançais, plus j’avais l’impression de m’éloigner du rêve que j’avais un jour effleuré dans mon esprit. Celui de fonder une famille. Et plus, ce rêve prenait de la distance avec mon présent, plus il devenait important. Plus je voulais avoir cette chance de devenir maman.

Et puis, il y a eu cette rencontre avec mon mari. Cette alchimie, cette véritable envie. Nous avons mis en route notre petit bout chéri. Cet être qui a littéralement bouleversé ma vie. Et avec lui le plus grand défi que j’allais devoir relever. Celui de devenir mère. Celui pour lequel je n’ai jamais eu de certitudes, au contraire de ma carrière. Celui pour lequel je me sens chaque jour un peu comme une pionnière.

Devenir mère.

humeurdemoutard3

Certaines vous parleront de fibre maternelle, d’instinct ou de vocation. Pour ma part, il en a été tout autrement. Il y a eu plutôt deux rencontres. Celle avec mon fils et celle avec moi-même en tant que « jeune » maman. Et c’est donc au milieu de ces deux terres inconnues, que je navigue aujourd’hui avec une certaine appréhension mais aussi beaucoup, plein, infiniment de satisfaction. Un bonheur tellement immense, et puis TOUT cet amour, que je voudrais en profiter toujours.

Alors, j’ai levé le pied. J’ai choisi de repenser ma manière de travailler et de me consacrer le plus possible à mon petit garçon. J’ai choisi de vivre ma maternité à fond.

Et je suis devenue cette maman là. Celle que j’ai créée et qui continue d’évoluer. Celle qui adore partager, sans juger. Celle qui respecte les choix des autres autant que ceux qu’elle a elle-même effectués. Celle qui ne savait pas si elle y arriverait un jour et qui a finalement réussi le plus beau, le plus grand mais le moins sûr des rêves de sa vie : être une maman qui s’apprend, qui profite et qui aime… pleinement.

Une maman.

humeurdemoutard7

Alors, à toi ma copine. Je sais que tu SERAS une magnifique maman parce que ce sera justement celle que tu auras choisi de créer au milieu de tes propres terres inconnues. Peu importe quand tu te sentiras vulnérable, pleine de doutes, quand tu auras peur ou même quand tu te tromperas parfois. Tu apprendras sur rikiki et sur toi et personne d’autre ne saura mieux être la maman de ce petit bout là.

Mille baisers à toi et tendres pensées à toutes les futures mamans.

< « Il n’y a aucune recette pour devenir une mère parfaite, mais il y a mille et une façons d’être une bonne mère. » Jill Churchill >

À chacune sa manière. ❤

humeurdemoutard2

Et là, c’est la cata ! #3

Cette journée là, le troizans-et-demi jouait tranquillement dans sa chambre. Depuis le salon, on l’entendait parler à ses personnages Lego, à ses Playmobils… À leur faire jouer des rôles différents dans de drôles d’aventures improvisées sur le tas et bien inspirées.

L’ambiance était plutôt sereine jusqu’à ce qu’un IMMEEEENSE fracas survienne BRUTALEMENT depuis la chambre du mini et puis la seconde d’après, plus un seul bruit […le néant].

– Le fils au milieu du silence :

ÇA VA ! SUIS PAS MORT !

< Tant mieux parce que moi, si ! >

Evanouie_Humeurdemoutard

Rambo et son échantillon…

Si vous me suivez sur les réseaux sociaux, vous savez forcément que j’ai attrapé la coqueluche [naaan, j’ai pas été vaccinée avant la grossesse !] ET qu’à force de tousser comme une damnée, je me suis déchiré un muscle dans la poitrine [je n’ai jamais été poignardée de ma vie, mais on va dire que j’arrive désormais assez bien à me représenter la chose]. Choueeeette ! Je vois des étoiles tous les jours [nononon, pas celles des vitrines…].

Et donc, je morfle ! Et donc, je me plains ! Et donc, chéri et fiston, qui sont aux premières loges, sont bien bien informés.

Or voilà qu’un soir de cette semaine, le mini de 3 ans, en faisant le zouave, se cogne au niveau du bassin, sur la table basse, et se met à chouiner…

– Le fils affichant la même grimace que Rambo, blessé, au bout de sa « life », dans un râle lancinant :

Aaaaïe ! Me suis déssié un musc…

< Bref, il me copite [du verbe copiter] ! >

Rambo_Humeurdemoutard

Encore une jolie perle rapportée de l’école…

Un soir, afin de ne pas trop solliciter mon dos qui me fais souffrir, je demande à mon loulou de 3 ans de sortir tout seul de son bain après avoir calé un marche-pied devant la baignoire pour l’aider.

Je me suis, en effet, coincée le dos en début de semaine, en essayant de soulever ma mini-terreur ventousée sur le sol de la pharmacie à la suite d’une crise monumentale, tout cela sous les regards médusés et outrés des clients et des pharmaciens… MAIS aussi sous l’objectif de la caméra de surveillance braqué sur moi [coucou Youtube, je suis la mère qui nettoie le sol de la pharmacie avec son gamin ! Cheese 😀].

Bref, le fiston commence à escalader le rebord de la baignoire puis voilà qu’il dérape légèrement avant de se reprendre et de pester :

– Le fils énervé :

MÉÉÉ ! Méchant le bain ! Tupudépié !

< Gnééé ? Kekiladi là ? >

PueDesPieds_Humeurdemoutard

La mère qui rame…

Un jour de semaine, je demande à mon loulou, bientôt 3 ans, d’aller dans sa chambre pour aller faire la sieste. Le fils refuse de façon catégorique.

Aussi, je tente une négociation qui a déjà fait ses preuves. J’autorise le mini à jouer encore un peu avec ses jouets à condition qu’il aille se coucher d’ici 10 minutes. Le fils acquiesce aussitôt promettant d’aller au lit dans un délai qu’il aurait lui-même choisi…

– Le fils avec conviction :

Miminutes !

< Mais bien sûr… >

RienCompris_Humeurdemoutard

Il y a de l’amour dans l’air… ou dans la pierre !

Un samedi soir, après avoir passé une bonne partie de la journée à Kidexpo, nous rentrons à la maison fourbus mais avec un loulou, bientôt 3 ans, plus ravi que jamais. Un mini tellement aux anges, qu’il vient me trouver dans le séjour pour m’adresser la déclaration qui fera ma journée…

– Le fils plus heureux que jamais : « Je T’aime maman ! »

– La mère touchée : « Ah oui ! Et tu m’aimes comment chéri ? »

– Le fils après mûre réflexion : « Un caillou ! »

Autrement dit, il m’aime dur comme la pierre !

< Heeen ouaaais ! 😉 >

CoeurLourd_Humeurdemoutard

Le lapsus du jour…

Voilà quelques jours que le loulou, presque 3 ans, est malade. Il a un gros rhume bien installé, le nez pris, les yeux et les oreilles infectées. La totale. Aussi, je dois lui administrer toute une batterie de médicaments, plusieurs fois par jour, ce que le fiston redoute forcément.

Un matin, je viens donc le trouver dans sa chambre pour effectuer les soins du nez…

– Le fils absolument résolu à ne pas me laisser faire : « Non maman, y a pas couille ! »

– La mère un peu destabilisée : « Ahum ! On dit – le nez qui COULE – chéri ! »

Et bien évidemment, le nez coulait abondamment.

< Exquis, n’est-ce pas ! 😉 >

Lapsus_Humeurdemoutard