Mots-clefs

, , , , , , ,

Bonjour à tous et très bonne année 2017.
bonneannee_humeurdemoutard

La voilà cette année 1, l’année du renouveau. Une année qui a tristement démarré de mon côté avec la perte d’un copain, d’un homme bien. Une nouvelle qui m’a totalement bouleversée. Qui m’a laissée sans voix, le souffle coupé avec une énorme boule à l’estomac.

J’ai très mal dormi ces derniers jours pour ne rien vous cacher et puis j’ai tellement pleuré. Après toutes les épreuves de 2016 et l’attente de cette nouvelle année qui était censée marquer une rupture avec le passé…j’ai été terriblement secouée par la disparition de ce copain. Dévastée même.

Et puis d’autres « petites » contrariétés se sont ensuite ajoutées avec le retour à l’école du cinquans. D’autres soucis qui ont vite fait d’aspirer le peu d’énergie qui me restait pour remonter la pente. Alors, j’ai décidé de prendre un décision radicale mais salutaire, la seule chose qui était encore en mon pouvoir et que j’avais le droit de faire… J’ai choisi le repli.

Et puis, j’ai réfléchi à mes priorités. J’ai fait le tri. J’ai regardé ce que j’avais accompli de bien et là où j’avais failli. Et j’ai accepté l’idée que ces « petites » contrariétés étaient de trop dans ma vie.

Alors, je laisse tomber. Je jette l’éponge. Cela fait 4 mois, que je tente en vain de semer des graines de bienveillance, 4 mois que je m’applique à défendre et valoriser des personnes, des valeurs, dans lesquelles je crois en m’accrochant à ma propre expérience, mon optimisme naturel et ce qui est JUSTE. 4 mois que je me fatigue pour rien ou, plutôt si, pour me faire l’effet d’un « bouclier humain ». C’est terminé. J’ai plus de jus. J’y arrive plus. Le « filtre » est foutu.

Je ne regrette absolument rien. J’ai fait ce que j’ai pu. Mais il arrive un moment, quand on a donné le meilleur de soi et qu’on se rend compte que cela n’a pas suffit à produire de bons résultats, où il faut savoir tirer sa révérence. Je retire donc mon costume de « Don Quichotte » et je le pose là pour celui ou celle qui en voudra.

Et puis, je vais me concentrer sur l’essentiel. Autrement dit, sur mon enfant, mon mari et sur moi. Et puis sur nos projets, mon activité et vous mes lecteurs qui m’apportez tellement de bonheur. Bref, je vais me recentrer sur tout ce qui me fait du bien, me rend heureuse et m’enrichis humainement.

Vous voyez, ce qui est « drôle » quand on a 40 ans, avec tout notre vécu, les épreuves du temps, et l’assurance que l’on a réussi à acquérir au fil des ans, c’est qu’on n’a pas peur de renoncer à quelque chose qui n’a pas fonctionné comme on l’aurait souhaité. On se sent libre. Nos choix sont clairs et assumés. On prend ses responsabilités, on surmonte ses contrariétés et surtout pas celles qui ne nous appartiennent pas. On avance et puis voilà.

Quand je pense à ce copain qui est parti si jeune en laissant derrière lui des amis, des parents, des soeurs, une compagne et deux jeunes enfants « orphelins », j’ai honte de gaspiller mon énergie pour des choses qui ne me font pas de bien. Je me dis qu’on a qu’une vie et qu’on peut tous disparaître demain.

lessentiel_humeurdemoutard

Alors, j’ai pris le temps de choisir un beau bouquet de fleurs pour ce copain qui est parti, je vais prendre le temps de partager une galette avec mes amis, je vais prendre le temps de re-décorer la chambre de mon titi, je vais prendre le temps de soigner mon hernie, je vais prendre MON temps pour mes projets, mes envies et pour écrire aussi.

A nous deux 2017 ! Que ce soit clair, soit tu en jettes, soit je te fais ta fête.

Et vous, vous allez bien ?

Bonne fin de journée à tous,

Et à très vite,

Je vous embrasse.

P.S. à toi qui est parti si tôt, trop tôt :
Merci d’avoir été toi. Merci d’être resté là. MERCI pour tes grandes qualités de coeur qui laissent un vide immense derrière toi. Salut copain. ❤

humeurdemoutard

Publicités