Étiquettes

, , , , ,

De mon expérience personnelle et de celles de bon nombre d’entre vous, devenir mère a changé ma vie. Elle lui a donné un sens nouveau, une saveur différente, un regard sur le monde plus ouvert et aussi plus exigeant.

Devenir mère m’a rempli le coeur plus fort et plus intensément que je ne croyais pouvoir en supporter. C’est une saignée d’amour dans l’âme qui m’a totalement transportée, qui m’a élevée… et qui m’a aussi fait prendre conscience d’énormes incohérences dans notre société.

En ce moment, je découvre autour de moi, des mères qui s’interrogent sur leur devenir. Être mère ou femme active… Ces deux rôles tournent et retournent dans leurs esprits. Et la question qui se pose est de trouver le moyen idéal de concilier tout ça. Pas facile n’est-ce-pas ?

Alors que la seule vraie réponse, la seule qui devrait avoir voix c’est simplement d’être soi. D’être tous ces rôles à la fois dans un monde qui n’accepte pas toujours cette évidence mais qui profite pleinement de ses avantages…

On donne la vie. On aime. Et l’on doit ensuite accepter de se diviser en plusieurs parties de soi. Quelle ironie vous ne trouvez pas ?

Alors, je rêve, je réfléchis et je fulmine parfois d’être comme la plupart d’entre vous obligée de faire un choix. D’être l’une ou l’autre partie de moi. Je m’interroge et je m’insurge sur notre monde, son fonctionnement et toutes les contraintes qu’il m’impose si je veux avoir la possibilité d’être moi, un ensemble, un tout, une femme et puis c’est tout.

Et puis, je me dis que je n’ai pas envie de choisir et que par conséquent je serai moi quoiqu’en décide ce monde. Que je ne sacrifierai rien. Que je ne volerai pas ma place mais que je la prendrai de plein droit. Et puis voilà.

Avant d’être mère, on est tout à son travail. Comme on chausse de jolies chaussures, stylées, remarquées ou enviées mais pas toujours très confortables. On accepte de les porter et on en subit les contraintes en croyant faire un choix éclairé ou tout à fait acceptable. Puis, on devient mère. Et ce travail « mal taillé » comme des chaussures mal adaptées, aussi jolies soient-elles, nous font peiner. Elles nous font mal aux pieds !

Prendre sa place, être une mère et travailler tout à la fois, c’est chausser enfin les souliers qui nous accompagneront toute une journée sans nous incommoder ou nous empêcher d’être celles que nous sommes, des femmes accomplies avec toutes les possibilités dont la nature nous a dotées. C’est s’imposer.

Devenir mère c’est rester une femme à part entière et ne rien lâcher.

A toutes mes consoeurs, femmes d’aujourd’hui et de demain. Soyez celles que vous voulez.

< Serum phy, bigoudis, raviolis et photocopies… C’est parti mon kiki ! >

Mère vs femme active

Publicités