Mots-clefs

, , , , ,

Vous l’aurez sûrement compris au fil de mes anecdotes, mon loulou de 2 ans et demi a un sacré fichu caractère… HÉ-RÉ-DI-TAIRE ! Hélas, oui. Il tient cela de son père mais aussi de sa mère. Y a du niveau chez nous.

Et donc aujourd’hui, j’avais envie de rebondir sur un article intéressant d’une maman blogueuse qui vit au Canada mais dont je ne me souviens plus du nom (désolée, si je retrouve cet article, je le cite). Elle faisait le triste constat de « l’ingérence » des parents dans les relations que tissent les enfants entre eux dans les parcs et squares de sa ville.

Des exemples ? En voici quelques uns que je peux relater car j’en ai moi-même été témoin :
– Certains parents arrachent littéralement les jouets de leurs enfants des mains des autres enfants car « on ne veut pas mélanger / perdre / prêter les affaires ».
– Certains parents forcent leurs enfants à prêter leurs jouets car « il faut à tout prix être généreux au détriment de soi / faire passer les désirs des autres avant les siens / partager coûte que coûte ».
– Certains parents font délibérément « la Police » entre les enfants (les leurs et ceux des autres) leur imposant ce qu’ils doivent faire ou ceux avec lesquels ils peuvent jouer.
– Etc, etc.

Et bien, à tous ces parents bien-pensants, je voudrais poser 2 questions :
1. Pourquoi emmenez-vous vos enfants au square ?
2. A quoi sert un square si l’on empêche les enfants d’y construire leur propre relation entre eux, si on leur interdit de faire leurs propres expériences ?

Je veux bien qu’un parent intervienne pour empêcher une dispute de dégénérer, une bagarre, un accident, calmer des pleurs et même expliquer une situation. Là, c’est normal, c’est le rôle des parents. Mais de là à tout régenter… C’est un peu exagéré non ?

Détendez-vous ! Vous verrez comme on se sent mieux… Et nos petits aussi d’ailleurs.

Allez, portez-vous bien. C’était mon coup de calcaire n°1. [La vache, elle va nous faire une saga !]

< Coucou la dame à qui j’ai dû crier 3 fois depuis mon banc de laisser mon fils jouer tranquille, car je veillais sur lui, mais qui a continué d’ignorer ma remarque en choisissant les râteaux ou les seaux avec lesquels il devait jouer (y compris parmi ses propres affaires). La prochaine fois, si tu recommences, je te prendrai par la main devant tout le monde, je te ferai les gros yeux et je te dirai que ce que tu fais n’est pas beau pas bien ! Chiche ? >

Mise en garde avec le doigt dressé

Publicités