[LECTURE] Mon premier roman « Après la vie », chapitre 8

Bonsoir tout le monde,

Voici le chapitre 8. Je compte publier encore quelques chapitres (entre 2 et 4… je vais voir) et, ensuite, je vous indiquerai la plateforme sur laquelle vous pourrez trouver mon roman complet. 😉

En attendant, profitez donc encore un peu de l’aventure et de la découverte du personnage de Mathilde alias Mathi. Bonne lecture ! ❤

——————————————-

– Après la vie – 

par Ombelline Robin

CHAPITRE 8 – LA PROFESSEURE

Tous les gens présents à mes funérailles étaient partis chez mes parents afin de profiter du buffet qu’ils avaient préparé. J’étais toujours au même endroit, planté sur le petit parking un peu plus haut dans la rue en face du cimetière, à discuter avec Mathi quand je réalisai tout à coup que nous étions seuls et que j’allais devoir rentrer à pied si je voulais terminer cette journée en compagnie de mes proches et de toutes ces personnes qui avaient fait le déplacement exprès pour moi et pour mes parents. C’est à cet instant précis que Mathi me donna ma première leçon. Une leçon de « téléportation ».

Pour bien faire, elle me demanda d’abord de faire le vide dans mes pensées. Elle me dit qu’il fallait que je me calme et de ressentir mon environnement comme si la matière n’avait plus corps et que tout n’était plus qu’énergie. Elle m’encouragea ensuite à sentir les vibrations qui émanaient de chaque chose. Elle me demanda de focaliser mon attention sur ces vibrations et de trouver les courants qui les reliaient. Elle m’encouragea à ressentir la force des courants qui circulent entre chacune de ces vibrations, chacune de ces lignes. Elle saisit ma main et me commanda alors de suivre l’un de ces courants et de me laisser porter comme si je me faisais aspirer. A ce moment précis, j’eus l’impression que tout autour de moi ralentissait et que j’étais capable de percevoir au-delà de la matière. Il me semblait que j’étais arrivé à l’état de particules qui étaient capables de se fondre avec les autres particules de l’air, du sol, de la terre et même de la pierre. Puis, Mathi m’ordonna de visualiser la maison de mes parents et de m’y projeter comme si j’y étais. Et alors que tout ce qui m’entourait ne formait plus que des lignes d’énergie mues par des forces de différentes intensités, je vis au loin le jardin de mes parents se dessiner très nettement sous mes yeux pour devenir de plus en plus proche et précis. C’était comme si je traversais un tunnel recouvert de néons fins et lumineux, disposés en pointillés serrés les uns contre les autres, tout autour de cet incroyable puit de lumière. Un tunnel au bout duquel j’atterris dans le jardin de mes parents qui venaient juste de sortir de la voiture. Une expérience unique, incroyable, phénoménale qui me chamboula complètement et qui me laissa pantois, le temps de réaliser ce qui venait de se passer, sous le regard attendri de Mathi. 

Je savais voyager dans l’espace en un minimum de temps. J’étais capable de me téléporter du cimetière à la maison de mes parents. C’était fou ! Un vrai truc de malade ! Je ressentis alors une excitation phénoménale. 

  • YOUHOU ! YES !!
  • Eh ! Tranquille le bleu… On se détend. Ok ?
  • Mais, je viens de me téléporter là ! T’as vu ça ?
  • Oui, oui, j’ai vu. Mais tu verras que bientôt ça te semblera d’une banalité affligeante.
  • Tu rigoles ! J’ai des supers pouvoirs ! Je suis un… Je suis une sorte de…
  • Fantôme ? Esprit ? Spectre ? T’as le choix. Mais oui, c’est bien ça.
  • En fait, j’allais plutôt dire un « super-héros ».

Mathi fit redescendre un peu mon enthousiasme. Puis, elle regarda autour d’elle et fixa un groupe de personnes qui discutaient près de l’entrée de la maison. De mon côté, je repérai ma bande de potes et Fanny qui s’avançaient dans le jardin vers une table et des chaises disposées tout autour. Ils se posèrent là tandis que les filles se dirigèrent vers la maison sans doute pour aller se rafraîchir, à l’exception de Fanny qui préféra s’asseoir.

  • Mathi ! Viens, je vais te présenter mes potes !

Nous nous dirigeâmes dans leur direction quand je remarquai que Mathi semblait troublée. Elle jetait des coups d’œil incessants au même groupe que tout à l’heure ou plutôt à quelqu’un…

  • Oh ! T’es toujours avec moi ? 
  • Hein ? Heu… oui ! Pardon. Donc, ce sont tes potes !
  • Oui, ma bande de « précieux » comme j’aime à les appeler.
  • Ah, sympa ! 
  • Et la belle rousse avec les yeux verts, juste là, c’est ma chérie. Fanny.
  • C’était ! Tu veux dire…
  • Oh, mais t’es une vraie rabat-joie, toi ? Ça fait dix jours à peine que je suis décédé et aujourd’hui c’est MA journée d’enterrement ! Alors, tu permets que je digère un peu ? 
  • Rolala, c’est bon, pardon ! J’comprends tu sais, mais le plus tôt tu te feras une raison, le mieux tu te porteras. Crois-moi.
  • Mais ouais, c’est ça… Ça fait quinze ans pour toi. Alors, t’as eu le temps de t’y faire. Moi pas. 

Mathi commençait un peu à m’agacer. Pour quelqu’un qui voulait m’apprendre à bien vivre la mort, elle pouvait repasser. Elle était aussi délicate et prévenante qu’un moissonneuse batteuse au milieu d’un champ de blé. Mais, j’avais besoin d’elle et de son expérience pour apprendre les rudiments du « parfait petit revenant ».

  • Et puis, tu fixes qui depuis tout à l’heure ?
  • Quoi ?
  • Bah oui, t’as toujours la tête tournée vers ce groupe de personnes là-bas… 
  • Pas du tout ! 
  • Mais dis-moi ? Tu ne serais pas en train de me cacher quelque chose, toi ? Voyons voir si je reconnais toutes les personnes de ce groupe… Il y a mon oncle, ma tante, ma belle-sœur et mon frère, mon père, le curé… C’est le curé ?
  • Pfff ! Et pourquoi, je fixerais le curé ?
  • Je ne sais pas moi. Peut-être que tu le connais…
  • C’est bon, lâche-moi, ok !

Je venais de toucher un point sensible mais je voyais bien qu’elle ne me dirait rien. Elle s’était raidie tout d’un coup et je la sentais plus distante. Je changeais alors de sujet et décidai de lui présenter chacun de mes amis. Des présentations à sens unique qui me firent un drôle d’effet. Mais, une introduction pour Mathi dans mon cercle intime qui allait détendre l’atmosphère et peut-être faciliter nos rapports.

(à suivre…)

Commentez, voui vous pouvez !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s