Mots-clés

, , , , , , , , , , , , , ,

Si vous me lisez régulièrement, vous savez que je vais me marier entre Noël et le jour de l’An. MOIje vais me marier. Je vous avoue que j’ai un peu de mal à réaliser. Pourquoi maintenant, pourquoi ce choix, alors que mon chéri et moi vivions très bien notre vie de couple sans ça ?

J’ai la réponse bien entendu. Bien enfouie au fond de moi. Et j’ai mis du temps à la faire sortir de sa cachette pour décider pleinement de mes choix sans entrave, sans limite et sans peur.

Et oui, sans peur. Car c’est bien la peur qui m’a tenue éloignée longtemps de cette décision.

Cette peur a certainement commencé au moment du divorce de mes parents. J’étais toute petite et ma famille se décomposait. Avec le recul, je sais aujourd’hui, que je n’ai pas compris ce qui arrivait. J’ai juste accepté la situation car cela s’est imposé à moi, juste comme ça, la vie quoi.

Puis, j’ai grandi, et j’ai vu mes amies de toujours se marier, les unes après les autres. Alors j’ai su que moi aussi je voulais faire comme elles mais que je n’avais pas le « mode d’emploi » pour réaliser ce rêve là. J’avais peur de ne pas savoir comment faire. Alors consciemment ou inconsciemment, j’ai choisi mes histoires d’amour pour qu’elles ne durent pas. J’ai choisi des personnes qui ne me correspondaient pas. Comme ça, s’ils me quittaient, je pouvais confortablement me rassurer [et leur en vouloir] en me disant que c’était de le leur faute si la relation n’avait pas marché. Et quand finalement, ils voulaient s’engager avec moi, je n’y arrivais pas. Je ne me projetais pas dans ce schéma familial avec eux puisqu’ils n’allaient pas.

Il a fallu du temps puis un gros électrochoc, la disparition de mon papa, pour entamer un long mais salutaire travail sur moi. Pour accepter enfin d’être heureuse, de construire ma famille et de faire les bons choix.

Puis j’ai rencontré mon chéri. Tout est allé très vite. Nous nous sommes rapidement créés un nid douillet et avons accueilli notre merveille de petit garçon tout juste deux ans après. En couple oui, en famille certes mais toujours pas mariés. Non toujours pas. Alors que l’envie était pourtant là.

Alors pourquoi ? Et pourquoi maintenant ?

Quand on n’a pas le mode d’emploi, c’est difficile de se jeter dans l’inconnu. Puis, on pense à l’échange des voeux comme aux fêtes ou cérémonies de ses ami(e)s tout en croyant que le mariage doit forcément passer par là. Et un jour, on réalise que rien n’est écrit d’avance et qu’on peut vraiment décider pour soi. Alors mon chéri et moi avons choisi d’organiser un tout petit mariage, à la Mairie, avec nos très proches parents, nos témoins et puis voilà. Un mariage chic et discret juste parfait pour nous. Sans fête, sans nos ami(e)s et sans… mon papa.

Beaucoup de mes ami(e)s et parents moins proches n’ont pas très bien compris cette décision, je le sais. Ils se sont juste gentiment étonnés puis m’ont félicité pour cette étape. À ceux là, qui comptent beaucoup pour moi, je voudrais dire que je les emporte dans un coin de ma tête pour le grand jour. Et je sais que vous penserez à moi. Ne m’en voulez pas car je vous promets que si j’ai choisi de me marier comme ça, je le fais avant tout pour moi, pour la famille que je construis, et pour me donner le courage d’aller jusqu’au bout de ce choix. La discrétion et l’intimité me donneront cette force. Puis vous savez, c’est difficile de se marier sans son papa. Un père qui ne sera pas là pour me donner le bras. Un regard paternel emprunt d’émotion et de fierté auquel je n’aurai pas le droit. J’appréhende déjà tellement ce moment en petit comité alors imaginez ma réaction si vous deviez tous être présents. Aussi vous serez tous dans ma tête, ne vous en faîtes pas, et je garde la place dans mon coeur pour mon papa.

Enfin, si nous avons décidé de précipiter notre mariage avant la fin de l’année, c’est aussi parce que 2016 marquera les 10 ans de la disparition de mon père. Et je ne voulais pas que mon mariage se passe la même année que celle qui marque les 10 ans qui m’ont séparé de lui. Ni l’année de mes 40 printemps d’ailleurs… 🙂

Voilà, vous savez tout de ce choix. Ce n’est pas plus compliqué que ça. Et si vous aussi avez eu, dans votre vie, beaucoup de mal à faire des choix [personnels ou professionnels d’ailleurs] et les mener jusqu’au bout parce que vous n’aviez pas de repères ou de modèles, alors vous nous comprendrez sûrement et serez heureux pour nous.

Vous savez dans la vie, les personnes qui n’agissent pas avec vous ne le font pas forcément contre vous. Elles agissent essentiellement POUR elles-mêmes [par exemple, quand elles se défient elles-mêmes]. C’est complètement différent et très important d’en être conscient.

Donc bientôt mariée oui. Très bientôt. Promis, je partagerai avec vous quelques photos.

En attendant le jour J, je vous embrasse et vous souhaite aussi à tous bien du courage pour le marathon des fêtes de fin d’année. Ouééé !

< Croyez en vous et tout ce que vous êtes. Sachez qu’il y a quelque chose en vous qui est plus grand que n’importe quel obstacle. Christian Larson

Melle O bientôt Madame - by Humeur de moutard

Publicités